Puits en Pays Dogon au Mali

 

L’association ANIMA fait appel à « Via Sahel Toulouse » pour la construction de puits en Pays Dogon au Mali, en ayant apporté en 2012 un financement de 2500€.

L’accès à l’eau, toute l’année, est fondamental avant de pouvoir travailler sur d’autres projets d’aide au développement (éducation, santé, micro crédits, reforestation,…). Il s’agit de l’action prioritaire pour les villageois, pour les institutions locales et donc pour Via Sahel.

Les puits traditionnels, non cimentés, se comblent par effondrements progressifs, et en

s’écroulant font porter des risques important d’ensevelissement aux hommes qui tentent de les entretenir. Ils sont de plus d’un diamètre de 1 à 1,20 m avec un débit assez faible.

Lorsque ces puits s’assèchent en fin de période sèche ou du fait de l’ensablement déjà expliqué, les villageois (principalement les femmes et les filles) sont obligés d’aller chercher l’eau dans les villages voisins s’ils sont plus chanceux et suffisamment accueillants. Souvent plusieurs kilomètres sont à parcourir et la récupération d’eau pour la famille demande alors l’ensemble de la journée pour les femmes au détriment de leurs autres activités.

Autant dire que les demandes d’aide des villageois sont légitimes et les besoins immenses.

C’est la raison pour laquelle Via Sahel s’est donné comme objectif prioritaire que 10 à 20 puits à grand diamètre soient creusés annuellement, permettant de donner un accès à l’eau potable à environ 5.000 Maliens supplémentaires par an.

Ces puits ont un diamètre de 1,80 m permettant à 6 personnes de puiser en même temps, offrant ainsi un fort débit d’eau aux villageois. Ils sont de plus robustes et offrent une eau de bonne qualité de par l’aire de propreté construite autour et les règles d’entretien associées.

Voici donc terminé en 2012 le troisième puits financé par ANIMA qui en a confié la réalisation à Via Sahel dans son programme « Mille puits pour le Pays Dogon ».

Bravo à toute l’équipe de VIA SAHEL TOULOUSE qui a pu poursuivre son projet au MALI malgré la conjoncture épouvantable qui sévit actuellement dans ce pays. Bien sûr il n’est pas possible de se rendre sur le terrain pour les « toubabs » (Blancs) que nous sommes, mais justement les équipes locales formées sur place permettent la pérennité de l’action.

 

 

 

 

 

Puits traditionnel non protégé (clic droit)

 

 

 

 

 

Puits construits selon les règles de l’art et de l’hygiène par VIA SAHEL TOULOUSE (clic droit)

Le rapport final 2012 de VIA SAHEL fait le bilan des puits construit avec le soutien de l’association ANIMA en 2012 dans les villages d’Anakila, Néma Amani et Souan Dégomoro.

Par ce nouveau  soutien, l’association ANIMA a donné accès en 2012 à de l’eau potable à 600 Maliens.

Nous envisageons de poursuivre cette action en confiant à nouveau en 2013 à VIA SAHEL TOULOUSE la réalisation d’un nouveau puits.

Présentation de notre association en date du 23 décembre 2011 sur ce blog.

Comments

  1. 4 puits prévus dans deux villages aux confins du Burkina Faso n’ont pas pu être réalisés en raison de graves troubles liés aux événements de la partition du Mali; une guerre civile entre les habitants de ces deux villages qui se sont entretués a fait nombre de morts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *