Retour à Bamako (MALI) du président intérimaire après son aggression

Le gouvernement malien a confirmé, jeudi au soir, le retour vendredi 27 juillet, à Bamako, du président intérimaire Dioncounda Traoré, qui était en convalescence à Paris depuis le 23 mai après une violente agression commise dans son bureau par des manifestants hostiles à son maintien au pouvoir.

Les pays voisins du Mali, dont le nord est occupé depuis fin mars par des groupes islamistes liés à Al-Qaida au Maghreb islmique (AQMI), ont récemment sommé les autorités intérimaires maliennes de constituer un « gouvernement d’union nationale » d’ici au 31 juillet, sous peine de sanctions.

ENVOI D’UNE FORCE AFRICAINE?

Ils ont aussi « exhorté » le président Traoré à demander « sans délai » à la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’ONU l’envoi d’une force africaine au Mali. Des chefs militaires de la Cédéao ont affirmé jeudi à Abidjan ne plus attendre qu’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU pour déployer au Mali quelque 3 000 hommes. Le Conseil de sécurité s’est abstenu jusque-là de donner un mandat à une éventuelle force ouest-africaine au Mali, attendant plus de précisions sur ses contours et sa mission.

Présentation de notre association ANIMA en date du 23 décembre sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.