Pathologie mortelle chez les enfants au Cambodge

Le 5 juillet nous vous faisions part sur un article de ce blog d’une épidémie mortelle au Cambodge chez les enfants de moins de trois ans.

Le forum ReMed nous fait part  du diagnostic qui a finalement pu être  posé : « la maladie mains-pieds bouche »

SourceURL:file://localhost/Users/yvesmenguy/Desktop/Depuis%20sa%20premi%C3%A8re%20parution%20il%20y%20a%2040%20ans.doc

13 juillet 2012 – L’enquête sur les cas de maladie et de décès au Cambodge,
concernant avant tout de très jeunes enfants, a conclu qu’une forme grave de
la maladie mains-pieds-bouche était à l’origine de la majorité des cas
notifiés par le Ministère de la Santé.

Des échantillons de 31 patients au total ont été prélevés et analysés par
l’Institut Pasteur du Cambodge, qui a recherché un certain nombre d’agents
pathogènes. La plupart se sont révélés positifs pour l’entérovirus 71
(EV-71) qui provoque  » la maladie mains-pieds-bouche ». Une petite proportion
d’échantillons a également donné des tests positifs pour d’autres agents
pathogènes, dont Haemophilus Influenzae type B et Streptococcus suis. Il n’a
pas été possible de faire des analyses pour tous les patients, certains
étant décédés avant qu’on n’ait pu prélever les échantillons voulus.

L’enquête a comporté:
• un examen minutieux des dossiers des patients à l’hôpital Kantha Bhopa,
ainsi que dans d’autres établissements;
• des analyses de laboratoire;
• un suivi actif par les équipes d’intervention rapide auprès des familles
affectées;
• une évaluation des données provenant du système national de surveillance.

Au total, 78 cas ont été identifiés, dont les 62 cas initiaux notifiés par
l’hôpital Kantha Bopha et des cas déclarés par d’autres hôpitaux. Les
investigations se sont concentrées sur 61 patients, correspondant à un
critère spécifique (la définition de cas), dont 54 sont morts.

L’enquête a révélé que la plupart des cas avaient moins de 3 ans, qu’ils
venaient de 14 provinces différentes et que certains d’entre eux souffraient
d’affections chroniques. Un nombre important avait été traité aux corticostéroïdes
à un moment ou à un autre de la maladie. On a montré que l’administration de
corticostéroïdes (= : « cortisone ») aggravait l’état des patients infectés par le virus EV-71.

Avec l’aide de l’OMS et de partenaires, dont l’Institut Pasteur du Cambodge
et les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, le
Ministère de la Santé a mené l’enquête à la suite de la notification par
l’Hôpital Kantha Bopha pour enfants d’un nombre inhabituel de cas de maladie
et de décès parmi les enfants hospitalisés depuis avril 2012.

En réponse à cet événement, les centres de santé ont reçu du Ministère de la
Santé l’instruction de déclarer tous les patients atteints de maladie
mains-pieds-bouche. De plus, le Ministère de la Santé, aidé par l’OMS, a

commencé une surveillance renforcée du syndrome neuro-respiratoire, un
syndrome capital observé chez les patients atteints de la forme sévère due à
EV-71. On s’attend à ce que la surveillance renforcée identifie de temps en
temps dans les prochains mois de nouveaux cas de forme grave de la maladie
mains-pieds-bouche.

En outre, le Ministère de la Santé élabore des directives et des cours de
formation à l’intention des personnels prenant en charge des patients
présentant une forme bénigne ou grave de la maladie mains-pieds-bouche. Une
campagne de sensibilisation à la prévention, à l’identification et aux soins
des enfants atteints de cette maladie est en cours.

Présentation de notre association en date du 23 décembre sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.