Noix de cajou

Le site « Afrique en ligne » communique

 

Filière anacarde – Les acteurs de la chaine de production de l’anacarde mettent en commun leurs énergies pour donner à la filière « Noix de Cajou » une valeur commerciale compétitive à toutes les échelles; l’engagement est réaffirmé la semaine dernière à Sédhiou à l’occasion d’un atelier de partage. Les travaux portent les empreintes du Programme d’appui au développement économique de la Casamance (PADEC) de concert avec l’agence canadienne de développement international et les membres du secteur interprofessionnel de l’anacarde.

Cet atelier se veut un cadre de partage sur les enjeux de promotion de la filière anacarde dans la région naturelle de Casamance, et plus singulièrement dans la région de Sédhiou…

Il apparait donc que cette perte en ressources naturelles contribue, dans une large mesure à accroitre la pauvreté dans les ménages de la région.

Présidant l’ouverture des travaux, le gouverneur de région constate pour sans désoler « c’est inadmissible que les produits continuent à pourrir dans les zones d’exploitation alors que les gens ont encore faim, ce n’est pas du tout normal. Il est temps que les producteurs vivent de leurs activités sans en altérer la chaine de la production ».

Dr Maodo Bâ , chef du bureau régional du PADEC de Sédhiou a fait savoir que « durant la colonisation, il y avait une organisation telle que la production et l’écoulement se faisaient sans difficulté majeure, mais depuis et surtout avec l’avènement de la mondialisation, les termes de l’échange ont commencé à se détériorer et les filières à se désorganiser.

C’est pourquoi cette organisation interprofessionnelle des producteurs de l’anacarde donnera un cadre adéquat de manœuvre des acteurs ».

De même, Dominique saint Yr conseiller en gestion administrative au PADEC pour le Canada auprès du gouvernement sénégalais ajoute que « les organisations de la filière anacarde ont longtemps cherché à se fédérer sans jamais y arriver et l’objectif de cet atelier est de créer ce cadre qui puisse permettre aux organisations de la filière anacarde de promouvoir leur secteur à plusieurs échelles ».

A ce sujet, le gouverneur de région a suggéré que « soient créés les conditions d’une production de qualité, respectables des normes afin qu’elle soit compétitive à l’échelle internationale ».

Il ressort enfin que cette organisation devra aboutir une meilleure prise en charge des préoccupations spécifiques et ciblée des acteurs, une performance durable des chaines d’approvisionnement, une harmonisation et la cohérence des interventions des projets et programmes et asseoir dit on, une politique sectorielle nationale plus conséquente et efficace.

Les producteurs y entrevoient l’avenir avec beaucoup d’optimisme et attestent vraiment reprendre goût à l’œuvre de la production de l’anacarde encore appelée noix de cajou ou « darcassou » à dérivées alimentaires multiples.

Par Moussa Drame

Sud Quotidien/11/07/2012

Les vergers de noix de cajou ont été pour un grand nombre interdits à la population du fait de la pose de mines antipersonnelles. Handicap International poursuit le déminage du sud de la Casamance permettant ainsi aux agriculteurs de revenir dans leurs parcelles  en sécurité.

Présentation de notre association en date du 23 décembre sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *