Mission médicalisée itinérante sur les îles de Basse-Casamance

Lors de nos missions itinérantes nous devons faire face à une importante demande concernant les soins dentaires;

Anne était en octobre dernier présente sur le terrain avec nous tandis que Jean-Paul avait du déclarer forfait en raison de problèmes de santé, en bonne voie de résolution heureusement.

Bernardin, fidèle au poste, l’assistait: depuis dix ans il accompagne chacune de nos actions. Interprète de Reggie lors des premières missions, il a manifesté un tel intérêt pour l’art dentaire que Reggie et les dentistes successifs ont accepté de lui enseigner l’art et la manière « d’arracher les dents » puis de les soigner…Il vient même de recevoir les premiers éléments d’une formation à la prothèse dentaire.

On peut vraiment dire que Bernardin, très doué,  est devenu des plus compétent au fil de nos missions. Hélas, il n’a pas le baccalauréat, ce qui lui interdit de suivre un enseignement officiel et de valider ces acquis. Il a pu obtenir, et nous l’avons bien aidé pour cela, un poste dans le service de dentisterie à l’hôpital régional, comme simple aide-soignant pour le moment; alors que sous la férule de son chef de service il travaille à ses côtés comme le ferait un « vrai » dentiste…

Nous espérons pouvoir créer un petit service de prothèses dentaires sur les îles sous sa direction. Cela lui permettrait de travailler avec de bien  meilleures conditions de rémunération tout en rendant un service éminent aux populations..

Sur les îles, l’état dentaire des patients est déplorable par suite d’une   mauvaise hygiène avant tout. Les africains sont pourtant soucieux de leur denture puisqu’on les voit , un bâtonnet à la main,  frotter vigoureusement leurs dents pendant de longs moments. Je crois que si des soins dentaires avertis pouvaient leur être procurés régulièrement et cela dès les premiers signes de carie, on n’en arriverait pas aux catastrophes que nous connaissons.

Nos dentistes travaillent dans des conditions difficiles; en particulier par manque de fauteuils dentaires et d’aspiration. Ils disposent des anesthésiques adéquats (notre plus gros budget médicamenteux), d’un bon éclairage et du matériel courant indispensable.

Par contre nous avons de gros soucis en raison du manque de courant alternatif sur la plupart des centres de santé: la lampe à polymériser, le tour dentaire (la roulette…) sont parfois impossibles à utiliser par manque de 220Volts. Les petits groupes électrogènes sont difficiles à transporter et ne donnent pas toujours une électricité bien stable…

Rangements des cantines dentaires

Il y a bien sûr une peur du dentiste: souvenons nous  de celle qui régnait en métropole voici 60 ans…Mais surtout l’accès aux soins dentaires est difficile du fait du manque de praticiens sur les îles…C’est bien pour cela que nos missions connaissent un tel succès d’autant que le prix des soins reste compétitif…

ANIMA vous est présenté à la date du 28 février sur ce blog.

Une très bonne nouvelle : Magali, infirmière qui a participé à nos missions, vient de mettre au monde une petite Éva à laquelle nous souhaitons la bienvenue tout en félicitant ses parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *