Médecine physique au sein d’une mission ANIMA (suite)

Après le premier article publié le 2 mai, voici la suite de ce récit de la kinésithérapeute et des deux ergothérapeutes qui ont accompagné, et c’était une première, ANIMA pour une mission  itinérante sur les îles de Basse Casamance.

Toutefois l’essentiel des personnes souffrait de douleurs articulaires et musculaires (lombalgies, cervicalgies, dorsalgies, gonalgies, douleurs d’épaule) souvent en rapport direct avec leurs activités de vie quotidienne qui mettent leur corps à rude épreuve.

C’est pourquoi nous avons orienté notre traitement, d’une part sur un versant curatif pour soulager au mieux leurs douleurs et d’autre part sur un versant préventif pour tenter d’éviter l’aggravation de leurs pathologies par la suite.

Pour soulager les patients, nous complétions le traitement médicamenteux (anti-inflammatoires, antalgiques) par des massages, de la thermothérapie (chaud/froid), des conseils d’installation assise et au lit, la confection de contentions lorsque cela était possible, l’utilisation d’une aide technique de marche en cas de besoin (canne anglaise, bâton de bois).

dscn1623.1304663067.JPG

La Reine du village de Nioumoune a pu bénéficier d’un fauteuil roulant fourni par l’association pour favoriser ses déplacements à l’intérieur du village.

dscn1425.1304662813.JPG

Cependant, le message  préventif de « préparer l’avenir, anticiper une difficulté » relatif au corps semblait plus compliqué à faire passer. En effet, ce dernier ne se rapprochait pas de la philosophie de vie des villageois africains qui vivent davantage dans le présent. De plus, leur corps est un outil de travail qu’ils n’ont pas l’habitude d’ « écouter » tant qu’il « fonctionne ».

Nous avons donc dû nous adapter en leur présentant les choses le plus concrètement possible afin qu’ils y trouvent un intérêt immédiat et qu’ils en tirent le meilleur bénéfice à court et à long terme.

dscn1452.1304663018.JPG

Nous avons établi deux ateliers pour illustrer cette notion de prévention : la réalisation de postures de relâchement musculaire adaptées à leurs tensions et l’information des bonnes positions à adopter durant leurs activités de vie quotidienne (lessive, vaisselle, balai, cuisine, pêche, culture, transport de l’eau etc.). L’utilisation de siège avec une hauteur adaptée à l’activité, la surélévation des plans de travail, l’utilisation d’un manche pour le balai sont des exemples concrets.

Présentation de notre association en date du 28 février sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *