FORMATION A LA PRATIQUE RATIONNELLE DE DISPENSATION DES ANTIRETROVIRAUX

FORMATION
A LA PRATIQUE RATIONNELLE DE
DISPENSATION DES ANTIRETROVIRAUX
1, 2 et 3 septembre 2011

IFSI/Hôpital Bichat-Claude Bernard
133, boulevard Ney, 75018 Paris

Les traitements antirétroviraux (ARV) peuvent être prescrits par tous les médecins et dispensés par tous
les pharmaciens, que ce soit à l’officine ou à l’hôpital, Cependant, la prise en charge reste encore très hospitalière, notamment la première prescription et très souvent les premières dispensations.
La prescription et la dispensation des ARV nécessitent le développement de compétences spécifiques. Une méthode par résolution de problèmes, développée en premier lieu par la faculté des sciences médicales de Gröningen (Pays-Bas) a
été adaptée pour la formation des médecins en Algérie depuis plus de 10 ans. Elle a été transposée
à l’acquisition des bonnes pratiques de prescription et de dispensation des médicaments par les médecins
et pharmaciens, grâce à une coopération entre le Réseau Médicaments et Développement (ReMeD) et
le Centre National de Pharmacovigilance et de Matériovigilance d’Alger e ; elle a donné lieu à 7
formations de formateurs en Algérie, une au Cap-Vert et plusieurs formations en Afrique et en France.

BUT ET OBJECTIFS DE LA FORMATION

D’un côté, le médecin a pour obligation professionnelle d’identifier l’origine des souffrances (faire des diagnostics) et de résoudre les problèmes de santé se posant aux malades grâce à des interventions thérapeutiques appropriées et à
ce titre, ses choix de médicaments les plus efficaces, les plus sûrs, les plus adaptés aux malades à traiter et les moins coûteux, permettent de restaurer l’état de santé tout en ménageant le bien commun.
De l’autre côté, le pharmacien est appelé à sécuriser les traitements dont les ARV, avant de les dispenser au malade. Il a pour obligation en outre, d’évaluer, de surveiller et de promouvoir l’observance des traitements en collaboration avec le médecin traitant.
Les deux assument des devoirs de lutte pour la protection et la sauvegarde de la santé des patients, chacun dans son domaine spécifique, mais qui sont toutefois complémentaires.
Cette formation donne lieu à des apprentissages structurés, concernant les connaissances, les gestes et les
comportements, pour améliorer l’efficacité, la sécurité et les coûts des actes thérapeutiques.
La version 2011 de cette formation s’adresse à des pharmaciens exerçant déjà dans ce domaine. La double formation
médecins/ pharmaciens est envisagée ultérieurement.
Objectifs spécifiques de la formation :
La formation des pharmaciens vise à l’acquisition de capacités en pratiquant les étapes de la dispensation des ARV, en
adéquation avec une assurance-qualité conforme aux bonnes pratiques
– Analyse de l’ordonnance ;
– Communication avec le médecin en vue de garantir la sécurité du patient.
– Préparation de l’ordonnance ;
– Information et conseil du malade sur le bon usage de tous les traitements par des recommandations, précautions et
mises en garde indispensables ;
– Surveillance du patient en terme de tolérance ;
– Contribution au soutien à l’observance et promotion de l’éducation thérapeutique.

METHODE PEDAGOGIQUE

Il s’agit d’une méthode interactive selon un mode logique, déductif et systématique d’analyse des problèmes à résoudre. La méthode permet l’acquisition d’attitudes et de comportements en matière de bonnes pratiques de dispensation des traitements antirétroviraux, et des médicaments associés. Le pharmacien est mis en situation de
travail dans sa pharmacie. Les apprentissages se font en petits groupes avec le soutien d’un facilitateur
et par l’utilisation de cas cliniques simulés.

CONCEPTION DE LA FORMATION

La formation, d’une durée de 2,5 jours, est délivrée aux pharmaciens désirant promouvoir le bon usage
des ARV et des médicaments associés.
Des tuteurs (ou facilitateurs), accompagnent le processus d’apprentissage qui comporte :
– une partie en auto formation,
– des activités en groupes
– des enchaînements structurés de mises en situation de dispensations
– des séquences d’évaluations interactives, par observation réciproque
L’interactivité entre les participants, via les jeux de rôles et les observations mutuelles, permet de mettre
les apprenants dans des situations semblables à leur travail au quotidien.
Le succès de l’acquisition de pratiques professionnelles rigoureuses provient de la réactivité
et de la répétition de situations communes ou exceptionnelles, menant ainsi à des attitudes et un
exercice naturel et adapté quelles que soient les situations.

LES ORGANISATIONS PARTENAIRES DE LAFORMATION

– Société Française de
Lutte contre le Sida (SFLS) émane de la FNCLS, créée en 1994, et compte plus de 800 adhérents
représentant les différentes catégories de
professionnels de santé principalement hospitaliers,
mais aussi libéraux. Les objectifs de la SFLS
concourent à l’amélioration de la prise en charge des
maladies chroniques telles que l’infection à VIH ou
les hépatites virales.

– le Centre National de Pharmacovigilance et de Matériovigilance (CNPM) qui est un établissement public autonome, chargé par le ministre de la santé d’Algérie de surveiller et prévenir les événements et effets indésirables liés àl’utilisation des médicaments (pharmacovigilance) et des dispositifs médicaux.
(matériovigilance) Il a aussi pour mission de développer le bon usage des médicaments et des
dispositifs médicaux en Algérie. Le CNPM apporte son expérience de plus de 10 ans en matière
d’enseignement médical par résolution de problèmes et grâce à ses formations de formateurs à destination de médecins et de pharmaciens africains dans la promotion de l’usage rationnel des médicaments
avec le soutien de l’OMS.

– le Réseau Médicaments et Développement (ReMeD) qui est un réseau international de professionnels (pharmaciens, médecins, gestionnaires économistes, etc.) composé de 2000 membres dont environ 1600 en Afrique. Ses activités ont pour but de contribuer à améliorer la disponibilité, la qualité et le bon usage des médicaments notamment
en Afrique, par la coordination de groupes de travail sur différents thèmes, l’organisation de formations et de colloques, la publication d’une revue et de documents techniques et la diffusion d’informations pharmaceutiques sur internet.

INTERVENANTS PHARMACIENS

Agnès Certain, Carinne Bruneton, Anne
Daguenel, Dominique Michel, Sylvia
Pugliese.

CONTACTS :
Carinne Bruneton
Réseau Médicaments et Développement
35 rue Daviel, 75 013 Paris
tel 33 1 53 80 20 20
port 06 70 04 76 72

 

Présentation de notre association ANIMA à la date du 28 février sur ce blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *