Mission de janvier 2010 en Casamance Chapitre 18 et fin

Bandial est désormais complètement relié à Ziguinchor par la route; les voitures peuvent accéder au village même en empruntant la digue que l’on ne pouvait aborder qu’à pied sur un étroit chemin avec un risque de chute important tant la glaise se faisait glissante…

780.1271744803.JPGC’est pourquoi j’étais plutôt réticent à l’idée de revenir travailler dans ce village me disant que c’en était terminé de son isolement.

J’ai emprunté un taxi pour revenir sur Ziguinchor à la fin de la mission laissant l’équipe revenir par les bolongs sur la pirogue et le catamaran. Je n’avais pas vraiment envie de devoir subir plusieurs heures de soleil sur l’eau, me sentant encore un peu « faiblard »…Cela m’a permis de me rendre compte en me rendant de Bandial à Ziguinchor par la route qu’il n’était pas vraiment facile de  faire le chemin rapidement et que Bandial restait quand même assez isolé; nous reviendrons donc travailler ici. La vie n’y est pas facile et j’essaie d’imaginer ce que cela doit être à la saison des pluies avec un sable qui se transforme en boue immédiatement. L’adduction d’eau depuis Séléki existe depuis plusieurs années mais il ne reste plus qu’un seul robinet efficient si bien que les femmes doivent, ici comme ailleurs, se plier à la corvée d’eau et transporter depuis un robinet éloigné toute l’eau nécessaire à la vie de tous les jours.

Ainsi se termine la mission. Nous aurons consulté plus de mille personnes tandis que les dentistes ont reçu 417 patients, arraché 621 dents et assuré des soins conservateurs en soignant 173 dents…

Emma, Philomène et Paul nous auront accompagnés en recevant ainsi une formation en compagnonnage leur permettant de pouvoir mieux soigner les patients qui leur sont confiés.

Il ne nous restera plus qu’à gagner Ziguinchor, prendre le dimanche après-midi le ferry qui nous raménera à Dakar le lundi matin où nous n’aurons plus qu’attendre l’avion de la nuit suivante…

dsc03890.1271744423.JPG

Petit bonhomme auquel nous souhaitons de pouvoir  suivre une scolarité sans anicroches…

Vous trouverez sur notre site le compte-rendu complet de cette mission

http://www.anima-ong.fr

et à la date du 12 janvier une présentation complète de notre association ANIMA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *