JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE PALUDISME

Dans le contexte d’une possible pandémie de « grippe mexicaine » est passée inaperçue la journée mondiale contre le paludisme.

Elle a été célébrée le 25 avril et ce fut l’occasion de faire le point pour de nombreux organismes ou associations impliqués dans la lutte contre le Paludisme, considéré comme un fléau mondial au même titre que le SIDA et la tuberculose: cette maladie affecte probablement 500 millions de personnes chaque année et tue un à deux millions d’entre elles, principalement des femmes enceintes, des enfants de moins de cinq ans, et ce avant tout en Afrique.
Fondé depuis 1998 par l’Organisation mondiale de la santé, l’UNICEF, le
PNUD et la Banque mondiale, le partenariat international ‘’Roll Back
Malaria » « Faire reculer le Paludisme » vise à réduire de 50% la mortalité et la morbidité liées au paludisme d’ici 2010.

Le rapport « Paludisme et enfants: progrès dans la couverture des interventions » montre d’importants progrès et met en avant l’augmentation importante du nombre de moustiquaires imprégnées distribuées; on sait que la protection contre les anophèles femelles (qui piquent durant la nuit) est un des éléments clefs de la lutte contre cette parasitose. Ces moustiquaires sont distribuées en priorité aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.
La thérapeutique repose sur les produits dérivés de l’armoise chinoise (ACT) associés absolument avec un second produit (Luméfantrine avant tout plutôt qu’Amodiaquine) pour éviter l’apparition de résistances à ce traitement. Encore faut-il qu’un diagnostic correct soit porté et c’est là l’intérêt, en brousse loin de tout laboratoire, de la pratique des test rapides qui permettent en dix minutes à partir d’une goutte de sang prélevée au bout d’un doigt de confirmer le diagnostic: toute fièvre n’est pas un paludisme! Reste à assurer la diffusion de ces tests.
Enfin   la mise sur le marché d’un vaccin efficace serait un progrès considérable: la directrice exécutive du programme « Roll Back Malaria » vient pourtant de déclarer à Dakar que nous n’aurons pas avant cinq ans un vaccin utilisable en santé publique…
Les fonds  mis en oeuvre dans cette lutte ont été multipliés par 20 en dix ans…Pour la première fois il semble que le paludisme recule dans de nombreux pays africains…Cependant un enfant meurt encore  toutes les 30 secondes en Afrique du Paludisme…

Comments

  1. Question palu, les nouvelles ne sont pas mauvaises. Mais un gosse qui en meurt toutes les trente secondes, ça fait mal au ventre, et pas seulement à celui des mères…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *