Mission médicalisée en Basse Casamance, en janvier 2009 Chapitre 36

Michel, français qui réside à La Pointe où il est des plus actifs revient de Ziguinchor où il était parti « à la ville ». Il a installé une petite centrale électrique avec des panneaux solaires orientables, un bloc de grosses batteries et par un savant cablage fournit de l’électricité aux demeures du village ce qui permet aux enfants de pouvoir travailler le soir; le soleil se couche relativement tôt sous les tropiques sans différence énorme entre les saisons. L’école avec ses deux classes est maintenant  bien lotie dans un bâtiment neuf; nous y verrons, bien au calme, tous les élèves en visite de médecine scolaire, dont justement le petit Marcel, fils de Michel. Ce dernier a également installé un atelier de menuiserie pour fournir les bureaux de l’école.

p1010318.1240852363.JPG

Le dimanche matin, lors d’une extraction difficile, Gérard se blesse à un doigt. Cela ne l’empêchera pas de continuer à travailler mais se pose toute la problématique d’une possible contamination par voie sanguine que nous aurons quelque mal à résoudre en brousse.Tout finit bien heureusement mais nous nous serons fait quelques soucis…

Une jeune femme qui s’est brûlée la main dans son enfance et a été greffée supporte mal le spectacle de cette main difforme et voudrait bien qu’on l’aide…Nous prendrons quelques photos dont Jean se servira à notre retour en métropole pour avoir l’avis d’un chirurgien plasticien. Cela me remet en mémoire le cas de cette jeune fille, défigurée par une brûlure au visage que nous n’avons finalement pas pu prendre en charge à notre grand dépit d’autant que nous avions dans notre équipe un professeur retraité de chirurgie réparatrice; il n’a finalement pas pu opérer cette jeune fille sur place sans que cela l’ait beaucoup troublé pour sa part…

66eb6950.1240852459.JPG

Nous aurons la visite du médecin-chef du district dans l’après-midi du lundi; d’abord surpris d’apprendre notre présence,  il a réalisé finalement, tout comme nous, qu’un défaut de transmission l’avait privé de l’information : nous n’opérons, en effet, jamais sans les autorisations des autorités médicales et administratives qui avaient omis en l’occurence de répercuter l’avis de notre venue…Nous nous quittons dans les meilleurs termes.

Une bonne partie des consultants vient du petit village de pêcheurs, en amont de la pointe, village surnommé « Petite Pointe » où se sont installés nombre d’étrangers (Maliens, Ghanéens etc.); ils vivent dans des conditions difficiles si bien que leur état de santé et en particulier dentaire laisse vraiment à désirer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.