Actualités

Hier samedi nous nous sommes retrouvés, Mireille et moi à Martigues, sur l’étang de Berre où soufflait  fort le vent du sud, « le Marin ». Nous avons été accueillis, à la demande de Michel qui avait pris contact avec moi, par les kippers de cinq voiliers qui ont décidé de lever l’ancre cet été pour un long périple qui les conduira après Gibraltar jusqu’en Casamance; ils traverserons ensuite l’Atlantique Sud vers le Brésil; trois immenses catamarans de 50 pieds et deux monocoques emporteront pour nous les colis de matériel et de consommables que nous pourrons réunir et leur confier. Ces skippers ont déjà  effectué une telle navigation voici sept ans et ont décidé de recommencer en nous proposant de nous aider ainsi. Nous les remercions pour leur accueil et leur engagement à nos côtés.

Nous avons aussi reçu de bonnes nouvelles d' »Araka Nui »; ce voilier participera en octobre à notre mission itinérante. Convaincus par l’équipage d' »Enéa » lors de leur rencontre à l’escale des Canaries  Dominique médecin et son conjoint Dominique le skipper ont décidé eux aussi de travailler avec ANIMA; comme j’aime à le dire, la tâche d’huile s’étend peu à peu sur l’eau, lentement grandit la renommée de notre association, suffisament pour faire venir à nous des femmes et des hommes qui entendent faire un bout de chemin avec nous en nous associant au destin singulier qu’ils se construisent.

En ce dimanche est inauguré à Nioumoune le ponton face au campement « Alouga » qui permettra aux pirogues d’accoster et aux annexes des voiliers de débarquer sans que l’équipe ait à affronter le « poto-poto », la vase de la berge des bolongs à marée basse…Nous attendons les photos

Mercredi après-midi nous avons longuement reçu Valérie et Claudine de Via Sahel, rejointes par Emilia pour discuter des projets « Santé  » de Via Sahel tandis que jeudi, Lyliane et moi,nous nous rendions à l’assemblée générale du »Mas de Carles  » près d’Avignon que nous essayons de soutenir « un peu un peu »…, trop pris par ailleurs pour en faire beaucoup. Nous sommes heureux de voir tout ce que cette maison parvient à réaliser et remercions Roselyne et François de nous avoir permis d’approcher ce lieu où souffle l’esprit… Je retranscris depuis le site

www.masdecarles.org 

le début du document qui définit l’éthique de cette association:

Trois réalités président à l’accueil au Mas de Carles :

* Carles est un lieu qui se veut accueillant aux plus pauvres, à ceux qui sont exclus même des réseaux d’accueil les plus marginaux. Le Mas voudrait être une réponse là où il n’y a, habituellement, plus de réponse institutionnelle possible. Cette population, le plus souvent  » sans domicile fixe », est généralement marquée par l’absence de qualification professionnelle et d’identité sociale. « C’est notre choix !!! »

* Carles est un espace de nature, lieu de culture et d’élevage.

* Carles est un lieu de vie. Un lieu où la vie sera première, un lieu où on peut aller, venir, s’en aller et revenir…Un lieu pour prendre sa vie en charge, accepter le risque d’assumer sa fragilité.

« L’intérêt de venir à Carles, c’est que l’on peut en repartir ….mais aussi y mourir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *