Mission médicalisée en Casamance Janvier 2009 Chapitre 30

Nous quittons donc Saloulou, une fois la pirogue chargée de tout notre attirail qu’il a fallu une fois encore  transporter sur plusieurs kilomètres, lourde tache pour les villageois à travers le sable qui rend la progression bien difficile.

martin-pech.1239525224.jpgNous reprenons le cours des bolongs sur une embarcation chargéé « à bloc »…
Le piroguier quelque peu insouciant et ne tenant pas compte de nos avertissements ne trouve rien de mieux à faire que de venir planter brutalement notre pirogue sur un banc de sable, caché sous l’eau; Gérard et Séraphin se retrouvent à l’eau ainsi que deux sacs et deux matelas et il s’en faut d’un rien pour que la pirogue ne chavire complètement; le rappel de l’équipage a été heureusement efficace redressant in extremis l’embarcation…On peut dire que nous avons eu beaucoup de chance. Cana qui a fait là une grosse faute ne s’en émeut pas vraiment!…et après ses bourdes précédentes ne se rend pas compte qu’il nous exaspère et que nous nous verrons donc contraints de nous passer à l’avenir de ses services. On reprend la progression vers Nioumoune en abandonnant le grand bolong de Diouloulou au profit d’un agréable détour par de plus petits bolongs où nous sommes aussi mieux protégés du vent qui souffle désagréablement.

oiseaux.1239524834.jpg Nous retrouvons le catamaran  Coriolis bien revenu de Ziguinchor avec les cantines Tulipe, alors que Miss Terre ne nous rejoindra que le lendemain. Nous débarquons toutes les lourdes cantines tant de la pirogue que du voilier et les laissons sur la plage pour éviter d’inutiles va et vient; nous en effectuerons  l’inventaire et le tri afin de réapprovisionner la pharmacie pour la suite de la mission; nous  faisons le point sur le contenu des nouvelles cantines après qu’à la Pharmacie centrale de Dakar on nous ait délesté de nombre de produits: c’est irritant et tout à fait injuste vis a vis de la population secourue.

cantines.1239525105.jpg Séraphin pourra organiser ensuite le transport des médicaments que nous laissons au campement pour la mission de mars.
Nous retrouvons Anne et Pierrot venus comme chaque année pour l’hiver à Alouga en passant leur temps à pêcher sur leur pirogue.
Très mauvaise nouvelle pour Bernardin qui apprend le décès d’un second frère, quinze jours à peine après le premier…Il va, cette fois, quitter la mission pour se rendre dans sa famille laissant Gérard seul pour les soins à Diogué. Autre mauvaise nouvelle, le beau frère de Jean est décédé: quatre décès en un rien de temps qui touchent trois des membres de l’équipe…
Par contre,  Dominique parti consulter à son domicile Epiphanie, la petite cardiaque, revient en nous annonçant que l’enfant va mieux: on décide, après consultation de la famille, en attendant la possibilité d’une intervention, d’assurer la continuité de l’efficace traitement de l’insuffisance cardiaque dont elle souffre.
On se déplacera aussi à Ouback pour un patient en décompensation rénale, possible complication à long terme d’une bilharziose urinaire (dont nous aurons vu de nombreux cas à Saloulou) et ce malgré l’efficacité du traitement par praziquantel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *