Mission médicalisée en Casamance en janvier 2009 – Chapitre 5

On s’attelle à la préparation des cantines de médicaments; Séraphin s’est activé pour les sortir du local construit spécialement pour les y entreposer, au fond du campement tout près de la grande cuve à impluvium; celle-ci permet la récupération des eaux de pluies: il y a ainsi cinq grandes citernes qui constituent la seule source d’eau sur l’île puisque les puits ne donnent qu’une eau saumâtre. L’une d’entre elles  fuit abondamment: personne dans le village ne semble  vouloir intervenir pour  déclencher une réparation pourtant indispensable .  

cantines-tri.1235123984.jpg

photos-emeline-janvier09-031.1235118900.jpg

christine-tri.1235123999.jpg

CHRISTINE, pharmacienne, supervise l’inventaire de nos médeicaments: cantines offertes par TULIPE, produits achetés à la CHMP ou en pharmacie, achats à la Pharmacie régionale de Zigunchor. Il n’est plus question de récolter en France des MNU, médicaments non utilisés, qui doivent être impérativement détruits par Cyclamed.

tri-bea.1235124017.jpg

Un tour à la case de santé nous permet de fignoler l’installation pour le lendemain afin de pouvoir commencer les consultations et les soins dentaires avant de rencontrer le nouveau Comité de Santé que la population vient de nommer; en octobre dernier notre venue ne s’était pas passée au mieux et nous sommes heureux de constater que les membres de ce comité semblent vraiment désireux de bien faire; à tel point, que nous leur proposons de leur offrir une formation afin qu’ils puissent gérer parfaitement leur case de santé. Nous nous mettrons en rapport rapidement avec Dominique de PAH (Pharmacie aide humanitaire), qui est en France, pour permettre la venue sur place  d’un de leurs membres pour assurer cet enseignement.

Malheureusement depuis fin décembre Moussa, l’infirmier en poste depuis mars dernier, n’exerce pas: son contrat est terminé et n’a pas encore été renouvelé par le district et la région comme nombre d’infirmiers en Casamance, ceux du moins sous contrat renouvelable dont la « fonctionnarisation» n’est pas de mise pour raisons budgétaires… On nous assure que les nouveaux contrats seront prochainement signés et que Moussa reviendra exercer rapidement. Cette absence est des plus regrettables  et engendre une nette rupture dans la qualité des soins de tout le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.