Mission médicalisée en Casamance – novembre 2008 – chapitre 29

Le dimanche matin nous abandonnons donc Marinette au débarcadère et prenons la pirogue ambulance en aluminium pour nous rendre à Hitou dont nous reviendrons le soir même si bien que nous n’avons pas à transporter toute notre « barda »…Je me retrouve  seul médecin restant mais secondé des plus efficacement par nos deux infirmières Catherine et Emilia, par Cathy la pharmacienne et par notre superble et sympathique couple de dentistes Anne et Michel

 

pict0803.1231160723.JPG

 

 

La case de santé a été dévastée en juillet dernier par une tornade et c’est désolant de voir le spectacle de ces tôles tordues ou même envolées.

 

dsc04683.1231160370.jpg

Le directeur d’école nous prête main forte pour les consultations tout en nous adressant les enfants de son école qui posent problème de santé. Un jeune du village bénéficie d’une bourse  pour la formation d’agent de santé qu’il suit à Kafountine alors que Patrick, enfant du village, entame sa seconde année de soins infirmiers à Kaolack, soutenu lui aussi par une bourse ANIMA. Il a d’ailleurs pu avec notre soutien passer plusieurs semaines cet été au poste de santé de Kafountine et y travailler sous la direction de l’infirmier en poste Camara et de la sage-femme Awa.

 

 

dsc04696.1231160479.jpg

Retour à Nioumoune tard le soir. Anouck vient me chercher à la sortie de la douche pour aller visiter  un jeune qui ne va pas bien et n’a pas songé (ce sont ses termes !) à faire appel à Moussa l’infirmier ou à l’agent de santé Khalifa…On part donc à travers les rizières…Rien de grave heureusement et on me raccompagne dans la nuit au campement.

Le lendemain nous partons de bonne heure sur Haer  dans les mêmes conditions que la veille pour consulter là aussi une cinquantaine de patients. Nous découvrons que  l’installation électrique pour fournir du 220 V ne fonctionne plus à la suite de la réparation hasardeuse d’un skipper de voilier européen (suisse je crois) qui n’a rien trouvé de mieux que de supprimer le bouton de stop du convertisseur lequel a tourné en continu souvent sans avoir rien à alimenter !…L’issue était prévisible ! Nous sommes d’autant plus navrés que ce sont nos amis Jean et Gérard qui ont installé pour ANIMA ce poste électrique avec panneaux solaires, batteries et convertisseur : la maternité n’a plus d’électricité !…

Le soir nous repartons. Une villageoise  m’a remis en cadeau une poule vivante.

 

dsc04729.1231160874.jpg

Nous installons sur la pirogue en alu, plus maniable et plus légère que la grosse en bois et mieux adaptée  aux étroits bolongs peu profonds.

Anne part à la renverse sur son banc en équilibre lequel vient heurter violemment le pied de ce pauvre Séraphin qui souffre mais  heureusement ce n’est qu’une contusion sans fracture…

 

 

pict0789.1231160186.JPG

L’équipe du campement « Alouga  » autour de Rose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *