7000 enfants au Sénégal sont diabétiques

On dénombre une nette augmentation des cas de diabète au Sénégal. En effet près de 2 à 3 % de la population, soit entre 200.000 à 300.000 Sénégalais sont atteints par cette maladie qui crée des désastres au niveau de certaines familles. Pour leur part, 7000 enfants seraient atteints par le diabète de type 1 (atteinte des cellules spécialisées du pancréas qui ne produit plus l’hormone « Insuline ») en nécessitant impérativement donc le recours à une thérapeutique par injections d’insuline avec contrôle  plurijournalier du taux de la glycémie. C’est l’annonce faite  par le Pr Seydou Nourou Diop un des spécialistes de la maladie, en marge de rencontre publique qui était organisée à Dakar, au centre Mark Sankalé, par l’Association de soutien aux diabétiques (Assad) sur la problématique de la thérapie par l’insuline.

Le diabète de type 2 survient chez l’adulte et est lié avant tout au surpoids, à la trop grande consommation de sucres et à la sédentarité. L’hyperglycémie non contrôlée entraîne en particulier l’ atteinte des petits vaisseaux générant d’importants troubles au niveau rétinien (risque de cécité), au niveau du parenchyme rénal (risque d’insuffisance rénale), du muscle cardiaque (risque de coronaropathies et d’infarctus du myocarde), du cerveau  et de l’irigation des membres inférieurs (risque d’artérite avec gangrène et amputations). Il existe également de graves complications sous forme de coma hyperglycémique mais aussi hypoglycémique.

Une prise en charge au long cours est nécessaire tant chez l’enfant que chez l’adulte et conditionne  une meilleure tolérance à la maladie. Certains sportifs de haut niveau sont diabétiques: ils gèrent au mieux leur maladie, ce qui leur permet ainsi de mener une vie quasi normale ainsi que peuvent le faire la plupart des diabétiques qui acceptent de se soigner correctement.

En Casamance au cours de notre pratique nous avons l’impression que  le diabète n’est pas aussi répandu que dans le reste du Sénégal probablement en raison de la diététique des Diolas et de leur activité physique jusqu’à un âge avancé. Cela reste bien sûr à confirmer par des études systématiques d’autant que, tout comme en France par exemple, nombre de diabétiques ne sont pas dépistés et ne se savent pas porteurs de cette maladie redoutable : « Le diabète fait payer à crédit mais n’oublie jamais de présenter la facture!… ».

Comments

  1. on avait évoqué la possibilité de faire un dépistage systématique. on pourrait réfléchir pour savoir où et quand on pourrait le faire…

  2. l action de sensibilisation demeure tres latente vu l evolution croissante de diabetique,la communication doit etre un faction d exsageration pour le mieux etre de l entendement populaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.