Mission en Casamance – octobre 2008 – chapitre 8

Vautours, merles métalliques, hérons garde boeufs se montrent presque familiers et s’aventurent non loin de nous.

Séraphin assure le transport entre la réserve et notre lieu de travail en attendant de pouvoir acheminer jusqu’au poste  de santé les colis déjà préparés.

 

1-mission-oct-2008-mireille-023.1227158194.jpg

A cette époque en fin d’hivernage le riz apporte sa touche de verdure foisonnante emplie d’espérance dans les rizières que nous traversons pour gagner depuis le campement le poste de santé.

 

 

Dans l’après-midi nous nous y rendons  pour organiser le travail qui commencera demain matin et là nous tombons complètement des nues. Rien n’est préparé et le comité de santé a complètement, j’allais dire soigneusement, omis de nous dire que la maternité qui doit nous accueillir comme à l’accoutumée, est en plein travaux et complètement salie par le sable, le ciment sans parler des toiles d’araignée (bénéfiques nous le savons pour entraver la dissémination des moustiques mais enfin…). Nous manifestons notre surprise et notre irritation si bien que s’organise une mise en ordre, une ébauche de nettoyage…Désolés, nous  revenons au campement sous un temps orageux cependant que se déclenche enfin la pluie tropicale drue et violente apportant pour peu de temps quelque fraîcheur en cette moiteur.

Le lendemain  et les trois jours suivants, dimanche matin compris nous travaillerons dans le bruit, la poussière: les maçons installent au dehors des cuves destinées à recueillir l’eau de pluie ruisselant depuis le toit de tôle.

 

dsc04089.1227158891.jpg

Pour ma part j’essaie d’organiser une consultation de médecine scolaire. Déjà en mars dernier nous n’avions pu consulter que quelques enfants: les enseignants n’avaient rien trouvé de mieux à faire que de quitter l’île pour gagner Zig, nous laissant seuls dans l’impossibilité d’organiser correctement les choses. Cette fois c’est encore pire Les cours auraient du reprendre le 9 octobre, jour officiel de la rentrée, mais mystère impénétrable il semblerait qu’ici comme ailleurs dans tout le pays pas une école ne soit prête à recevoir les enfants en ce 23 octobre…Règne une démobilisation générale! Celle des parents qui devraient nettoyer les classes et si besoin les remettre en état, s’inquiéter d’inscrire leurs enfants; celle des enseignants qui ne sont pas là n’ayant pas pas jugé utile de rejoindre leur poste…Pourquoi un tel laisser-aller, une telle nonchalance et indifférence et une non-intervention des pouvoirs publics. Il est peut-être bien difficile de sanctionner les fonctionnaires lorsqu’on ne dispose pas du budget nécessaire au paiement des salaires…

 

dsc04093.1227158965.jpg

Alain notre ORL en consultation

 

dsc04109.1227159064.jpg

Quelques instants avant que les ouvriers ne percent un gros trou au dessus du lit!

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *