Congrès sur le SIDA à Mexico

La 17 ème conférence internationale sur le SIDA que nous évoquions dans notre article du 4 août dernier s’est terminée voici quelques jours.

« AGIR PARTOUT MAINTENANT »  est le mot d’ordre qui fut mis en avant…

Favoriser l’accès aux traitements en sachant que, en 2003, 300 000 personnes seulement étaient traitées contre 3 millions en 2007 ce qui traduit un progrès des plus sensibles, lié à l’implication des trois grands programmes de soutien: « Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la TUBERCULOSE et le PALUDISME », « Programme multipays de la Banque Mondiale »et « Programme américain PEPFAR. » C’est  encore insuffisant d’autant plus que comme l’a montré une étude canadienne « accroître l’accès aux traitements pour le plus grand nombre est fortement bénéfique en terme d’efficacité de prévention en intervenant à la source de l’épidémie ».

 

 Le point sur la recherche d’un vaccin a été fait lors de la conférence:

L’organisation International AIDS Vaccine Initiative (IAVI) a expliqué sa stratégie  pour poursuivre ses recherches et mettre au point le vaccin afin que l’on puisse éviter que 7500 personnes se contaminent chaque jour sur la planète.

Si le laboratoire Merck a mis fin à ses recherches d’autres laboratoires poursuivent heureusement  leurs effort. Selon le Docteur Wayne Knoff, vice président de la recherche et développement à l’IAVI : « Les preuves scientifiques existantes chez l’animal comme chez l’homme suggèrent que trouver un vaccin contre le Sida reste encore possible. Le problème que nous devons résoudre aujourd’hui est le suivant : comment traduire les avancées effectuées dans la compréhension du virus et dans la réponse immunitaire humaine en un vaccin prometteur, et ce de manière sûre et rapide? ».
L’IAVI préconise de poursuivre les recherches fondamentales (« Former de nouveaux chercheurs et allouer suffisamment de fonds à long terme « ) en les axant principalement sur deux points : trouver des anticorps capables de neutraliser le virus (rôle des lymphocytes B) et induire chez l’homme une immunité cellulaire (liée aux lymphocytes T) contre le VIH.

Certaines personnes sont capables naturellement de ne pas développer la maladie. L’étude de leurs mécanismes de contrôle représente une voie de recherche prometteuse.
L’IAVI préconise une sélection  des vaccins à l’essai afin d’éliminer ceux qui ne se révèlent pas fiables tout en définissant les critères permettant la poursuite et la généralisation des essais prometteurs.

 

se référer à: Communiqué de presse de l’IAVI – 5 août 2008

Représentation de la France à la conférence.

On se souvient que l’association Act-Up avait vivement critiqué l’absence de représentants du gouvernement français,.Louis-Charles Viossat, « ambassadeur chargé de la lutte contre le VIH-Sida » depuis 2007, devait lire  à la tribune un message de Nicolas Sarkozy mais ne l’a pas fait, ce qui a amplifié la polémique.

Le chef de l’Etat a finalement fait parvenir une lettre au secrétaire des Nations-Unies Ban Ki-moon, dans laquelle « il s’engage à ce que le niveau d’excellence de la France soit préservé et à maintenir la pression nécessaire sur ses homologues du G8 et au-delà de ce groupe de chefs d’Etat, à passer de la parole aux actes concrets au cours des prochains mois ».
Les ministres Bernard Kouchner et Roselyne Bachelot ont également répondu aux critiques dans un message prononcé par l’Ambassadeur de France au Mexique, lors de la réception donnée à l’Ambassade de France à Mexico : « La France apporte de manière forte une aide financière et structurelle dans la prise en charge de l’infection par le VIH à un niveau mondial, notamment pour la réalisation des objectifs du développement du millénaire de l’OMS, pour lesquels sa contribution est passée de 77 millions d’euros en 2003, à 314 millions en 2007. »… L’Etat rappelle aussi sa participation au fond mondial contre le Sida, le paludisme et la tuberculose, qui sera de 900 millions d’euros entre 2008 et 2010, dont 640 millions pour le VIH ».

Ces sommes  feraient ainsi de la France « le premier contributeur européen et le second contributeur mondial au Fonds » selon  le porte-parole du ministère de la Santé.

Se référer à:
Communiqué de presse des Ministères de la Santé et des Affaires étrangères – août 2008
Message du Président de la République destiné à la conférence international AIDS Society à Mexico – août 2008
Communiqué de l’association Act-Up – août 2008

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.