Médecine générale en compagnonnage au nord mali avec Smara chapitre 3

Mody nous emmène le lendemain matin à Léré : une demi-heure environ de la même piste que celle que nous avons suivie la veille ! Les ânes restent imperturbables et ont compris que la meilleure façon de ne pas se faire percuter est de rester immobiles là où ils sont c’est-à-dire en fait très souvent au milieu de la piste…

Arrivée au centre que je connais bien et qui n’a pas changé depuis mon dernier passage. Youssouf nous accueille chaleureusement. Pendant deux semaines je vais être le seul toubab du groupe et n’en verrai point d’autre.

dsc02844.1213335302.JPG

 

La consultation peut commencer immédiatement. A tour de rôle Baba et Souleymane nos deux étudiants vont s’installer à la place du médecin, remplir le registre des consultants, poser les questions aux patients les inviter à passer dans la pièce voisine pour procéder à un examen aussi complet que possible et des plus sérieux : prise de température de tension artérielle, auscultation cardiaque et pulmonaire examen abdominal, pelvien et gynécologique sans oublier de détailler la peau de vérifier bouche et oreilles…Chaque fois que cela s’avère nécessaire nous contrôlons Youssouf ou moi et surtout Youssouf procède à l’examen échographique ;

dsc02859.1213335610.JPG

 

c’est un immense appoint que cette technique au cabinet de consultation qui permet de résoudre en particulier bien des problèmes de gynécologie et surtout d’obstétrique, infirmant ou en confirmant une grossesse et en pouvant affirmer si la femme est enceinte que tout se déroule au mieux. D’ici quelque temps une fois bien implanté Youssouf qui n’est là que depuis un mois pourra assurer sur sa moto des consultations dans certains centres en brousse muni de son échographe portable pour aller pratiquer avec le concours des matrones locales les CPN (consultations prénatales). Ces examens, pratiqués avec le concours de l’imagerie, se révèlent tout à fait précieux quant à l’amélioration de la prise en charge des femmes enceintes et de leurs enfants. N’est-il pas capital avant un accouchement de confirmer la viabilité de l’enfant, la position en bonne place du placenta dont on sait lorsquil est mal implanté que cela peut générer des hémorragies cataclysmiques et mortelles tant pour la parturiente que pour le bébé…

dsc02847.1213335409.JPG

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *