Réfugiés du Darfour

Nous avons reçu ce message poignant d’une consoeur

ophtalmologiste Tchadienne:

Répresentant de ANIMA!
Je suis médecin ophtalmologiste tchadienne qui vient de finir ses études 
en juin 2007  à Dakar au  Senegal.Je suis rentrée au Tchad. J'ai silloné 
le nord et l'est du Tchad  avec la Croix Rouge du Tchad sur le site des
 réfugiés soudanais à Hadjer Hadid,Farchana  et Arkhum.
Dans ces zones existe un grand problème de santé pour les cécités 
évitables  tels que la cataracte,le trachome,le glaucome et 
autres. 
J'ai travaillé pendant deux semaines avec MSF(Médecins Sans 
Frontières)
 en collaboration avec l'équipe Christian Blindness Mission(CBM) 
au cours d'une caravane ophtalmologique:La cataracte et le trachome  
sont les pathologies oculaires dominantes qui ont rendu plusieurs 
refugiés  et déplacés aveugles. CBM a pu opére 412 cataractes sur 
4561 diagnostiquées et 912 cas d'entropion trichiasis dont 536 opérés
 dans deux zones.
CBM est dépassés car il lui manque de matéreils consommable vu le 
nombre pléthorique des malades.Les autres sont abandonnés à leur triste
 sort.
Par cette presente je lance un SOS à ANIMA et à HELEN KELLER de venir 
sauver des vues au Tchad.
Sur ce,bien à vous.
Dr ZENABA MOURBA
BP:4286 N'djamena-Tchad
Cel: (235) 6291383/629202/6207207.
Pour notre part il nous est bien difficile de venir ainsi soutenir
ces patients en détresse  mais nous espérons que cet appel sera lu
par d'autres  ONG à même de s'impliquer dans ce  combat pour sauver
le vue de milliers  de personnes dans ces camps de réfugiés.
 Même en Casamance où la paix est assurée maintenant il est 
parfois difficile de  prendre en charge les pathologies oculaires 
cécitantes:  ainsi Sophie, notre infirmière, en Mars dernier,
 arrache les cils de cette dame; du fait du retournement en 
dedans de la paupière les cils  balaient la cornée et l'endommagent
 inexorablement,
 entrainant une cécité évitable... 
Une simple intervention sur la paupière suffit à combattre 
cette  nuisance, ce trichiasis;  encore faut-il que la personne 
accepte  de se déplacer et soit en mesure de régler les frais de
cette  intervention peu coûteuse pourtant...En la débarassantde ces
cils aggressifs on la soulage temporairement mais les cils 
repousseront encore plus drus  et encore plus aggressifs....
Que faire sinon encourager la patiente à partir à Ziguinchor
ou à Bignona ?
 
trachome.1208356827.JPG

Comments

  1. On rêve d’équipes de deux ou trois ‘infirmiers autochtones formés à la chirurgie des entropions et se déplaçant dans les villages. Nous en avons l’expérience au Burkina Faso, dans le cadre de l’ONG JEREMI de Dijon.

  2. Effectivement cela apporterait une amélioration considérable à la lutte contre le trachome d’autant que la distribution concomitante d’Azithromycine pourrait être effectuée, en prise unique qui entraine la disparition de l’agent pathogène, Chlamydia Trachomatis…et donc la guérison de l’infection tandis que la chirurgie de l’entropion empêcherait la destruction des cornées sur des paupières fortement endommagées par l’infection chronique…
    Yves Menguy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.