Mission médicalisée en Janvier 2008 Chapitre 16

Nombre de gamins ont une denture exécrable et nos dentistes ne chôment pas soignant dans certaines bouches d’enfants une dizaine de dents. Il y a nombre de boutiques au village des pêcheurs et de transformation du poisson si bien que les bonbons, les gâteaux au chocolat leur sont accessibles et ainsi se développent les caries d’autant que la pratique du lavage des dents semble vraiment négligée;

dio-dentistes-400.1204259388.jpg

 

ce sera finalement la principale pathologie rencontrée ici avec les hématuries liées à une bilharziose urinaire : les enfants se baignent dans des mares d’eau douce stagnantes infestées alors que Diogué bénéficie d’une immense plage de sable sur la Casamance.

diog-consult-y-400.1204259453.jpg

On entend d’ailleurs depuis notre campement ou depuis la case de santé le grondement de l’océan tout proche qui gagne peu à peu sur la terre comme en témoignent nombre d’arbres abattus par les flots ainsi que le recul du phare cerné complètement par l’eau désormais. Il est envisagé de le changer de place en le rapprochant de l’école dont on se demande si elle va tenir bien longtemps sous les coups de boutoir du fleuve et des marées montantes… Une partie de l’école est déjà « délocalisée » en raison de ce danger et nous croisons sur le chemin le matin nombre d’enfants qui se rendent à leur nouvelle école. La lune est pleine et nous éclaire chaque nuit se levant chaque soir face à nous sur le bolong; les coefficients de marée se font très importants et nous constatons que le niveau de la haute mer monte chaque jour plus haut pour redescendre d’autant plus bas. Nous sommes sur les terres d’Yvon qui a disparu avant de voir achevée la maison qu’il avait commencé à construire, vaste terrasse sur pilotis qui devait être subdivisée en pièces…La plage de sable s’effondre dans le bolong et recule chaque année : certaines de nos tentes sont plantées tout près et menacent de tomber comme l’ont fait les palmiers en bordure !! Prudent Blake retire sa tente en bien lui en a pris car dans la nuit le bout de terrain qu’il a judicieusement quitté, miné à la base par les vagues tombe dans le bolong…

 

 

dio-rivage2.1204261162.jpg

dio-rivage.1204261129.jpg

Hier en fin de soirée nous sommes allés marcher sur la grande plage en bordure du fleuve à l’heure où le Sénégal affrontait pour la coupe des nations africaines la Tunisie et avons pu suivre par les clameurs qui s’élevaient des deux endroits où l’on visionnait sur une télé en noir et blanc le match le score finalement nul…Des pêcheurs embarquaient pour une nuit de pêche alors qu’arrivaient d’autres pirogues chargées de lambis, énormes coquillages ou de quelques ailerons de requin que les femmes s’activent à étendre pour les faire sécher au soleil :on pense au nombre de requins ainsi rejetés sans autre forme de procès à la mer pour y crever tout cela pour assouvir la passion des asiatiques pour les soupes aux ailerons de requin en exterminant ces espèces animales…Plus loin pas tout à fait terminée une immense pirogue dont on nous dit qu’elle va probablement emmener vers les Canaries des jeunes qui croient les marchands de rêves lesquels leur font payer cher le voyage des plus risqués pour quel avenir sur les terres européennes qui ne veulent pas d’eux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.