Lutte sénégalaise en pays Diola chapitre 2

Chaque groupe part alors vers la place publique du quartier défié, en un défilé bien ordonné ( les entraineurs, les plus anciens….et enfin les filles) tout cela avec musique, chants et danses.

Arrivés sur la place, chacun y va de son tour de piste avec postures, sauts, mimes, visant à montrer sa force, ses muscles, sa combativité…Certains spectateurs tapent fortement le sol avec des bâtons taillés dans les grosses tiges de branches de rognier pour stimuler les combattants, encourager leurs équipes ou leurs concurrents

 

Enfin les combats vont pouvoir commencer:

Les lutteurs s’affrontent par groupes d’âge, chaque lutteur connaissant son camarade de promotion.

Chaque groupe d’âge a sa tenue: les plus anciens ont un pagne rouge, puis viennent les jaunes, les verts, les violets, les bleus et enfin les marrons. Les plus anciens ont entre 25/30 ans, les plus jeunes environ 19 ans . Si un concurrent se sent de force à attaquer un lutteur de la categorie supérieure, il va l’inviter au combat, libre à celui ci d’accepter ou non.

Viennent ensuite les hors catégories, qui s’entrainent lors des tournois mais ne portent pas de pagne de couleur particulière.

. Ce sont d’abord les lutteurs en herbe, imitant parfaitement les pas , signes et postures des grands, et qui se battent avec pugnacité malgré leur jeune âge! Puis c’est le tour des autres groupes d’âge croissant. Mais s’il existe un lien quelconque de parenté, ils ne peuvent se battre et on les sépare.

lutte.1199021963.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.