MISSION en Casamance du 25 Septembre au 23 Octobre 2007 Chapitre 4

Le blog reste un empilement d’articles et il vous faut remonter le fil du temps pour trouver les articles antérieurs…

 

Je fais un saut au cybercafé et en revenant tombe, au bout de la rue Javelier, sur la cérémonie célébrant le naufrage, en ce 26 Septembre voici cinq années tout juste, de l’effroyable catastrophe du « Joola »…Lors du naufrage de ce ferry en pleine nuit au large des côtes de la Gambie plus de 1800 personnes périrent sous les yeux affolés d’une cinquantaine de survivants qui parvinrent à surnager en attendant d’être repêchés par les pirogues en pêche non loin de là, accourues rapidement…Plus grande catastrophe maritime de tous les temps liée à toute une succession de fautes et d’erreurs impardonnables. C’était, de plus, juste au moment de la reprise des cours: nombre de jeunes élèves ou étudiants figurèrent parmi les victimes ainsi qu’une foule de petits « bana-bana » tout petits commerçants montés à l’escale de Karabane avec leurs poissons, leurs crevettes pour s’en aller les vendre un bon prix à la capitale. Un bateau surchargé, mal équilibré qui a basculé lorsque les passagers se sont brutalement déplacés devant l’averse soudaine et le grain prenant de travers le bâtiment…Nombre de Casamançais, dont Hyacinthe lui-même, n’osent toujours pas monter à bord du successeur du « Joola », « le Wilis » pour gagner Dakar..Le prix du trajet en dissuade pour sa part un grand nombre également…et puis n’avons nous pas été contraints de prendre une voiture en raison de l’arrêt de la liaison actuellement…pour combien de temps encore?

Nous nous retrouvons le soir dans un petit restaurant non loin de cette place du Souvenir du « Joola » en compagnie de Bernardin notre assistant dentiste et de Blake le piroguier. Entre-temps par le canal du cybercafé nous aurons appris qu’Elise a renoncé à venir…nous nous étions « décarcassés » pour qu’elle soit prise en charge dès son arrivée sur Dakar et pour lui éviter tout aléa jusqu’à son arrivée à Ziguinchor où le directeur de l’école était d’ailleurs présent à notre arrivée pour venir la saluer…Il ne nous restait plus qu’à annuler ce dispositif en regrettant ce renoncement d’Elise trop facile, sous des prétextes que nous n’osons pas qualifier ici de fallacieux…Dommage chère Elise…Elle devait participer à la mission en nous secondant lors des consultations puis rester à Niomoune jusqu’au 15 Décembre en tenant la bibliothèque tout en apportant un soutien scolaire aux élèves de l’école primaire..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.