Chapitre 23: mission médicalisée en Casamance en Janvier 2007

Des problèmes d’ordinateur ont perturbé l’édition de ce blog d’où retards et photos mal éditées: Toutes mes excuses en attendant que l’on répare ces dommages…

Samedi 27/01

Le nombre de consultants hier dans l’après-midi s’est bien réduit

658.1175065680.JPG

Mireille

673.1175069330.JPG

Béatrice

650.1175069228.JPG

Prise de Tension artérielle

 

 

si bien que nous décidons de quitter la Pointe après la consultation de la matinée

 

 

en profitant du courant favorable dont nous bénéficierons dès 14 heures. Cela nous permettra de gagner Bandial un jour plus tôt et de rentrer à Ziguinchor dès le mercredi en pouvant alors prendre le Wilis jeudi à 15 heures si jamais l’avion pour Ziguinchor est en panne, comme cela lui arrive trop souvent…Alors que tout est rangé juste avant la réunion de synthèse arrivent encore pendant cette réunion deux patients qui ont parcouru à pieds les 9 km qui séparent Mlomp de la Pointe ; je les examine bien volontiers pendant les préparatifs de notre dernier repas.

Nous aurons bien plus de chemin à faire pour porter nos affaires lorsque nous quitterons cette bâtisse qui tombe peu à peu en ruines pour aller travailler à la nouvelle case de santé dont on peut espérer qu’elle sera ouverte et fonctionnelle à notre prochaine venue. Là nous n’avons que quelques pas à faire pour charger la pirogue, toute proche du rivage puisque la marée montante est déjà bien engagée. Bruno nous attend à l’entrée du bolong de Bandial et monte à bord pour guider la progression du voilier dans cet étroit bolong qu’il connaît parfaitement ; sa pirogue traditionnelle, taillée dans le tronc d’un fromage, est arrimée à celle de Blake. Superbe balade qui permet de passer tout près de la mangrove en accrochant parfois les branches de palétuviers qui dépassent !

748.1175065859.JPG

Le baobab sur sa petite île juste à la limite de la zone qui assèche nous attend peut-être pour la dernière fois car il semble mal en point et penche dangereusement du côté où il ne tardera pas à tomber ! Mouillage avec ancre et cordages arrimés sur les palétuviers ce qui nécéssite de sortir les aussières, de les raccorder et d’aller les installer avec l’annexe. JF passera un long moment à peaufiner son mouillage pendant que nous descendons à terre sur la grande pirogue venue nous chercher pour assister à la manifestation d’accueil réservée à l’équipe…chants et danses dans le claquement des bouts de bois que les femmes entrechoquent avec maestria accompagnant les danseurs sur un rythme d’abord lent qui s’accélère soudain lorsque abandonnant sa marche ondulante la danseuse se lance les mains en avant en soulevant rapidement ses genoux…

720.1175069394.JPG

 

Tout en chantant la foule nous accompagne jusqu’à l’école pendant que nous échangeons moult poignées de mains avec tous ceux qui nous connaissent et que souvent d’une année sur l’autre nous ne reconnaissons pas, ayant oublié leur prénom à leur grand désappointement ! Difficile, et naturel !, en allant ainsi d’un village à l’autre de ne pas se tromper surtout pour ceux que nous n’avons pas côtoyés de près. Village de sable sans végétation impressionnant par son aridité…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.