Chapitre 18: mission médicalisée en Casamance en Janvier 2007

Les 17 chapitres précédents se trouvent sous cet article en ordre inverse

Samedi 20/01

Revenus hier au campement de Nioumone nous passerons cette nouvelle journée à un ultime tri de toutes les cantines

554.1174379730.JPG

 

en préparant les médicaments consommables pour les trois derniers villages que la mission va visiter, ceux pour la mission d’Octobre et en réservant un lot pour les cases de santé ainsi que pour le nouvel hôpital qui va s’ouvrir à Diouloulou. Dans l’après-midi réunion avec le chef de village et le comité de santé dont le président semble bien décidé à prendre les choses en main depuis la visite du docteur Diedhiou.

555.1174379844.JPG

Dans la soirée nous rejoignent sur le voilier « Beija Mar » Jean-François et Corine l’opticienne qui a mis plus de temps que prévu pour arriver et se joindre enfin à notre équipe, déçue elle aussi de la défection de Robert, l’ophtalmologiste. Nous les avions vus quatre jours auparavant de passage à Nioumoune lors de leur arrivée sur le fleuve, effectuant une courte escale avant de rejoindre Ziguinchor pour les formalités d’entrée.

Nous allons donc quitter le campement « Alouga » et l’île de Nioumoune. Tout comme j’avais ouvert en Février 2003 le livre d’or, délicate attention de Hyacinthe j’ouvre le second en rappelant le souvenir des deux disparus de l’association « Voilier de l’Espoir » Pierre Ribes et Yvon Barbeau qui ont tous deux tant travaillé, chacun sur son voilier, dans le domaine de la santé en Casamance et sont décédés en 2004 et 2005.

313.1174380057.JPG

 

Emma, notre interprète et aide à la pharmacie, doit nous accompagner jusqu’à la fin du périple et profite de l’affection de sa fille Rose. Nous avons tous en mémoire la fin de la mission de Janvier 2006 marquée alors que nous allions quitter Bandial par l’annonce du décès brutal de sa fille de dix ans, fauchée probablement par une crise de paludisme: nous l’avions vue quelques jours auparavant en visite de médecine scolaire et tout allait bien. Le paludisme continue à tuer un million d’enfants chaque année en Afrique; toutes les trente secondes meurt un enfnt du paludisme!…Heureusement un immense espoir est en train de gagner car le traitement combiné « dérivé de l’armoise chinoise – médicament d’appoint » devient enfin disponible peu à peu dans toute l’Afrique et à un prix raisonnable…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.