La plus grande étude jamais réalisée sur la fièvre de Lassa étendue à d’autres pays d’Afrique de l’Ouest

La plus grande étude jamais réalisée sur la fièvre de Lassa étendue à d’autres pays d’Afrique de l’Ouest
Le 28 juillet 2021, Oslo (Norvège), Cotonou (Bénin), Conakry (Guinée), Monrovia (Libéria), Abuja (Nigeria) et Kenema (Sierra Leone) 
https://cepi.net/wp-content/uploads/2021/07/PR_CEPI_Enable_EtudeFievreLassa_FR.pdf


La plus grande étude jamais créée et financée par la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies, pour fournir une évaluation plus précise de l’incidence de la fièvre de Lassa, a été lancée dans plusieurs autres pays d’Afrique de l’Ouest.

La CEPI fournit un financement de 10,3 millions de dollars à des partenaires au Bénin, en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone pour participer au programme de recherche épidémiologique Enable, qui accueillera jusqu’à 23 000 participants, y compris le Nigéria, qui a commencé à collecter des données sur les participants en décembre 2020. Les partenaires nationaux sélectionnés pour la recherche sont la Fondation pour la Recherche Scientifique (FORS) au Bénin, l’Hôpital Phebe en partenariat avec l’Institut national de santé publique du Libéria (NPHIL) au Libéria, soutenu par l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill (UNC), l’Hôpital gouvernemental de Kenema en Sierra Leone (KGH) en coopération avec l’Université Tulane, et l’Université Gamal Nasser de Conakry (UGANC) en Guinée, en partenariat avec l’Institut Robert Koch (RKI).

Identifiée pour la première fois en 1969, la fièvre de Lassa est une maladie hémorragique potentiellement mortelle survenant en Afrique de l’Ouest, avec environ 1 % des cas s’avérant mortels. Elle figure sur le plan directeur de R&D de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en tant que maladie infectieuse émergente nécessitant d’urgence des travaux de recherche et de développement et est également reconnue dans le plan ambitieux de 3,5 milliards de dollars de la CEPI pour lutter contre les épidémies et les pandémies futures causées par des menaces connues et inconnues.

Cependant, nos connaissances actuelles sur le taux annuel de cas de fièvre de Lassa sont entravées par l’absence de diagnostics cliniques formels et standard pour la maladie et par la variabilité et la gravité significatives des symptômes, la majorité des patients infectés étant considérés comme asymptomatiques et ne consultant pas de médecin afin de les diagnostiquer. Des cas peuvent également se produire dans des régions éloignées où il est difficile d’accéder aux services de soins de santé pour le dépistage. Par conséquent, le nombre réel de cas est inconnu et probablement beaucoup plus élevé que les estimations actuelles de 100 000 à 300 000 cas par an.

L’étude Enable vise donc à mieux comprendre le taux, la localisation et la propagation du virus de Lassa dans la région. Les données collectées dans ces pays permettront de mettre en évidence toute différence en ce qui concerne l’âge et le sexe des personnes infectées, tout en fournissant un aperçu plus précis de la proportion de cas asymptomatiques et symptomatiques.

En outre, les résultats d’Enable seront cruciaux pour soutenir l’objectif de la CEPI, dans le cadre de sa stratégie d’anticipation sur 5 ans, de produire un vaccin Lassa homologué pour la vaccination systématique. En tant que principal bailleur de fonds du développement du vaccin Lassa, la CEPI a déjà soutenu le développement de 6 candidats-vaccins contre la fièvre de Lassa. Deux de ces vaccins, développés par les partenaires Inovio et Themis Bioscience, sont entrés dans les essais de phase I en 2019, et un autre candidat-vaccin, développé par l’IAVI, a commencé à être testé sur l’homme cette année.

Les données fournies par le programme de recherche Enable peuvent donc guider la localisation et la mise en œuvre de futurs essais d’efficacité à un stade avancé pour évaluer ces candidats ou d’autres candidats-vaccins contre la fièvre de Lassa. Il pourrait également aider à définir une stratégie de vaccination appropriée une fois que l’utilisation d’un vaccin contre la fièvre de Lassa est approuvée, par exemple en aidant à identifier les populations prioritaires à risque.

La recherche soutiendra également un autre objectif du plan sur 5 ans de la CEPI : aider les pays à développer l’infrastructure et l’expertise nécessaires pour entreprendre les études épidémiologiques et cliniques indispensables pour faire progresser le développement des vaccins et permettre à ces pays de prendre pleinement en charge leur sécurité sanitaire nationale.

« Il y a eu un certain nombre de développements positifs dans le domaine des vaccins contre la fièvre de Lassa au cours des 2 dernières années, avec plusieurs candidats-vaccins qui commencent à être testés sur l’homme », a déclaré le Dr Melanie Saville, directrice de la recherche et du développement de vaccins à la CEPI.

« Pour poursuivre sur cette lancée et atteindre l’objectif de la CEPI d’obtenir un vaccin contre la fièvre de Lassa homologué pour la vaccination systématique, nous devons donc maintenant faire progresser nos efforts d’évaluation de la maladie afin de fournir les données essentielles pour les futurs essais cliniques du vaccin contre la fièvre de Lassa à un stade avancé. Les résultats produits par le programme de recherche Enable seront essentiels pour contribuer à cet effort, tout en fournissant de nouvelles informations pour aider les professionnels de la santé et les chercheurs de la région qui travaillent sur cette menace potentiellement mortelle ».

Les partenaires de recherche d’Enable collecteront des données sur les infections potentielles soit par le biais d’un « suivi actif des cas », par lequel un travailleur sur le terrain effectue des évaluations de santé répétées sur les participants à l’étude par le biais de visites à domicile ou de réunions téléphoniques afin d’évaluer l’état de santé des participants, soit par le biais d’une « détection passive des cas », où les participants seront encouragés à signaler une maladie potentielle ou à se présenter eux-mêmes dans un établissement de santé et le cas suspect ou confirmé est alors enregistré.

Un sous-ensemble de personnes inscrites participera également à une évaluation supplémentaire pour examiner la prévalence des anticorps de la fièvre de Lassa, biomarqueurs de la réponse immunitaire, chez les participants. Cela servira d’indicateur pour mieux orienter les estimations du nombre de personnes dans la population générale susceptibles d’avoir déjà été infectées par le virus et qui sont, à l’heure actuelle, protégées contre (immunisées contre) la maladie. On suppose généralement qu’une infection simple avec le virus de fièvre de Lassa génère une immunité protectrice à vie.

Prof. Ayola Akim Adegnika, MD PhD MSc, Chercheur principal, FORS Bénin, a déclaré : « Je suis ravi de faire partie de l’étude sur la fièvre de Lassa en Afrique de l’Ouest. Cette étude scientifique rigoureuse nous permettra de recueillir des données précises pour permettre au pays et à ses partenaires de planifier des interventions et des contrôles fondés sur des données probantes. »
Le Dr N’Faly Magassouba, chercheur principal, Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Guinée, a déclaré : « L’étude épidémiologique CEPI Enable est le plus grand projet de recherche sur la fièvre hémorragique de Lassa jamais mis en œuvre en Guinée. En termes de santé publique, il sera d'un grand intérêt à la fois pour la communauté, afin de mieux comprendre la maladie, et pour les autorités sanitaires pour prendre la mesure du fardeau de la fièvre de Lassa. La communauté est reconnaissante à la CEPI pour son soutien. »

Dr Jefferson Sibley, directeur médical de, l’hôpital Phebe, au Libéria, a déclaré : « Il y avait des défis lorsque nous avons commencé, et des goulots d’étranglement que nous avons rencontrés, en particulier en encourageant les personnes de notre culture à participer à des études de recherche. Cependant, notre équipe s’est efforcée de recruter des participants et nous apprenons des leçons au fur et à mesure. En réalité, notre étude progresse mieux que nous n’aurions pu l’imaginer. Nos participants ont exprimé la fierté qu’ils éprouvent à l’égard du Liberia et de leurs communautés, pour avoir joué un rôle dans un avenir qui pourrait, à terme, être exempt de Lassa. »

Le Dr Robert Garry, de l'Université de Tulane, co-chercheur principal travaillant en coopération avec le Kenema Government Hospital en Sierra Leone, a déclaré : "Le programme de la CEPI visant à évaluer l'incidence des infections par le virus Lassa en Afrique occidentale a été méticuleusement planifié. Ces études épidémiologiques essentielles serviront de base aux essais cliniques de vaccins prometteurs contre le virus de la fièvre de Lassa, qui pourraient permettre de maîtriser cette menace massive pour la santé publique."

Sept mille participants ont déjà été recrutés dans la composante nigériane du programme Enable, dirigé par le Consortium nigérian de recherche sur la fièvre de Lassa, composé du Nigeria Centre for Disease Control (NCDC) et de partenaires de soutien. Dans le cadre des engagements de la CEPI en matière d’accès, les données de l’étude nigériane et des programmes annoncés aujourd’hui seront mises à la disposition des partenaires et du public par le biais de publications à accès libre évaluées par des pairs et par le biais du hub de la CEPI sur le Global Health Network.

Le Dr Chikwe Ihekweazu, Directeur général du Nigeria Centre for Disease Control (NCDC) Nigéria, a déclaré : « Le programme Enable Lassa s’appuie sur la collaboration entre les pays d’Afrique de l’Ouest les plus touchés par la fièvre de Lassa pour générer les données et les preuves dont nous avons un besoin urgent pour la R&D sur les vaccins. Nous sommes ravis des perspectives du projet, non seulement pour générer des données en vue du développement d’un vaccin, mais également pour renforcer nos connaissances sur l’épidémiologie de cette maladie et améliorer les interventions indispensables pour la contrôler. »

La méthodologie et le protocole de l’étude ont été conçus en collaboration avec les partenaires de coordination qui soutiennent désormais les pays participants pendant la mise en œuvre. Tous suivront un protocole et des méthodes de base harmonisés pour permettre l’enregistrement normalisé et la comparabilité des données entre les pays. Les institutions de coordination qui appuient la mise en œuvre globale du programme Enable comprennent le P-95, Margan Clinical Research Organization (MMARCRO), Epicentre et l’Institut Bernard Nocht de médecine tropicale (BNITM).
-FIN-

À propos de la fièvre de Lassa et du développement du vaccin contre la fièvre de Lassa
La fièvre hémorragique de Lassa se transmet par contact avec un rongeur infecté Mastomys natalensis, ou par contact avec une autre personne par l’intermédiaire de fluides corporels. Il s’agit d’une infection virale zoonotique que l’on trouve principalement en Afrique de l’Ouest. La majorité des patients infectés par l’infection par le virus de Lassa sont asymptomatiques ; cependant, dans certains cas, la maladie peut évoluer vers des symptômes plus graves, y compris de la fièvre, des vomissements, des douleurs corporelles et des hémorragies. La mort peut survenir dans les 2 semaines suivant l’apparition des symptômes en raison d’une défaillance multiviscérale. Vous trouverez de plus amples informations sur la fièvre de Lassa dans le « Fichier d’information sur la fièvre de Lassa » sur notre site Web.
  
À ce jour, il n’existe pas de vaccins ou de traitements homologués spécifiquement pour la fièvre de Lassa. La CEPI compte actuellement 6 candidats-vaccins Lassa dans son portefeuille, avec Emergent Biosolutions & PATH, Inovio Pharmaceuticals, International AIDS Vaccine Initiative (IAVI), Themis Bioscience, Janssen Vaccines & University of Oxford et CureVac. Le candidat-vaccin de la fièvre de Lassa d’Inovio est entré dans les essais cliniques de phase I en mai 2019. Themis Bioscience a lancé des essais cliniques de phase I avec son candidat-vaccin contre la fièvre de Lassa en octobre 2019. La CEPI et son partenaire, l’European & Developing Countries Clinical Trials Partnership (EDCTP), ont récemment annoncé un financement supplémentaire pour un essai de phase IIb évaluant le candidat- vaccin contre la fièvre de Lassa de l’IAVI dans les pays endémiques. Son étude de phase I sur le vaccin a été lancée cette année.

À propos du programme de recherche Enable Lassa
Les partenaires du site d’étude du programme de recherche Enable Lassa sont les suivants :
• BÉNIN Fondation Pour La Recherche Scientifique (FORS)
• LIBÉRIA Co-dirigé par l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill (UNC) et l’hôpital Phebe en partenariat avec le National Public Health Institute of Liberia (NPHIL)
• GUINÉE Université Gamal Nasser de Conakry (UGANC) en partenariat avec Robert Koch Institut (RKI)
• NIGÉRIA Nigeria Centre for Disease Control (NCDC), Irrua Specialist Teaching Hospital (ISTH), Federal Medical Centre (FMC) Owo, Alex Ekwueme Federal University Teaching Hospital Abakaliki (AEFUTHA), Redeemer’s University Nigeria (RUN) et l’African Field Epidemiology Network (AFENET). Ensemble, les partenaires nigérians composent le projet NiLE d’Enable.
• SIERRA LÉONE Codité par l’hôpital public de Kenema (KGH) et l’Université Tulane
Un financement total de 26 millions de dollars US a été mis à disposition dans le cadre du programme. La CEPI fournit un financement de 10,3 millions de dollars pour étendre l’étude au Bénin, à la Guinée, au Libéria et à la Sierra Leone.

La CEPI travaillera en tant que bailleur de fonds et facilitateur, soutenant le financement du programme ainsi qu’un cadre de gouvernance dirigé par les pays et forgeant des liens clés avec les communautés scientifiques mondiales et de développement de vaccins.

Les partenaires Enable ont d’abord été sélectionnés à la suite d’appels à propositions, publiés par la CEPI en 2018 et 2019, qui recherchaient des groupes ayant une grande expérience de la recherche sur la fièvre de Lassa et de la recherche sur le terrain à travers l’Afrique de l’Ouest.

Un atelier s’est tenu pour la première fois en janvier 2019 à Abuja, au Nigéria, afin d’impliquer les sites d’étude dans la création du protocole commun pour les études et d’informer et d’obtenir des commentaires des partenaires sur les prochaines étapes du développement du programme.

Outre les pays partenaires, la CEPI a sélectionné 4 partenaires de mise en œuvre pour appuyer l’exécution et la supervision du programme Enable. P-95 fait office de coordonnateur de programme, assurant un contrôle scientifique et opérationnel à tous les partenaires de coordination et aux équipes de mise en œuvre des études de pays ainsi qu’à la gestion des projets au niveau des programmes. L’Organisation de recherche clinique Margan (MMARCRO), basée à Accra, au Ghana, soutient P-95 par le biais d’une mise en œuvre sur le terrain et d’un soutien au suivi de l’étude dans le pays. Epicentre, organisation basée à Paris qui mène des activités d’épidémiologie de terrain, des projets de recherche et des sessions de formation en appui à Médecins Sans Frontières (MSF) ; dirige l’élaboration du système de gestion des données du programme ; offre une formation et du soutien au personnel des sites d’étude Enable ; et supervise les processus de collecte, de gestion et d’analyse des données. L’Institut Bernard Nocht de médecine tropicale, basé à Hambourg, en Allemagne, soutient le programme Enable grâce à l’expertise des laboratoires et au soutien des partenaires de mise en œuvre des pays, y compris la formation du personnel, le développement des processus de laboratoire et l’assurance qualité.

À propos de la CEPI
La CEPI est un partenariat innovant entre des organisations publiques, privées, philanthropiques et civiles, lancé à Davos en 2017, en vue de développer des vaccins contre les futures épidémies. Avant la COVID-19, le travail de la CEPI s’est concentré sur le développement de vaccins contre le virus Ebola, le virus de Lassa, le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, le virus Nipah, le virus de la fièvre de la vallée du Rift et le virus Chikungunya. Elle compte plus de 20 candidats-vaccins contre ces agents pathogènes en cours de développement. La CEPI a également investi dans de nouvelles technologies de plate-forme pour le développement rapide de vaccins contre les agents pathogènes inconnus (maladie X).
       
Au cours de la pandémie actuelle, la CEPI a lancé de nombreux programmes pour développer des vaccins contre le SARS-CoV-2 et ses variantes en mettant l’accent sur la vitesse, l’échelle et l’accès. Ces programmes s’appuient sur les plates-formes de réponse rapide développées précédemment par les partenaires de la CEPI avant l’émergence du COVID-19 ainsi que sur de nouvelles collaborations. L’objectif est de faire progresser le développement clinique d’un portefeuille diversifié de candidats-vaccins COVID-19 sûrs et efficaces et de permettre une attribution équitable de ces vaccins dans le monde entier par le biais de COVAX.

Le plan sur 5 ans de la CEPI établit une feuille de route de 3,5 milliards de dollars pour réduire les délais de développement de vaccins à 100 jours, développer un vaccin universel contre la COVID-19 et d’autres betacoronavirus, et créer une « bibliothèque » de candidats-vaccins à utiliser contre les agents pathogènes connus et inconnus. Le plan est disponible sur endpandemics.cepi.net.
Suivez notre page d’actualités pour les dernières mises à jour. Suivez-nous sur Twitter et LinkedIn. Coordonnées
   
 Service de presse de la CEPI
 +44 7387 055214
 press@cepi.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.