Paludisme : un nouveau traitement pour retarder les résistances

Le forum E-Med nous fait part de cette importante avancée dans le traitement du PALUDISME…

Paludisme : un nouveau traitement pour retarder les résistances
janvier 2015
Fiches d’actualité scientifique
http://www.ird.fr/la-mediatheque/fiches-d-actualite-scientifique/473-paludi
sme-un-nouveau-traitement-pour-retarder-les-resistances

L¹apparition de parasites du paludisme résistants aux médicaments est l¹un
des principaux freins à la lutte contre la maladie. Afin de retarder ce
phénomène, il est essentiel de ne pas constamment exposer le pathogène aux
mêmes molécules. Pour ce faire, des chercheurs de l¹IRD et leurs
partenaires camerounais de l¹OCEAC testent de nouveaux traitements. Ils
viennent de montrer l¹efficacité d¹une « bithérapie », qui associe
l¹artésunate (un dérivé de l¹artémisinine préconisée par l¹OMS) à la
Malarone® (ou Malanil®). Cette dernière était administrée jusqu¹à présent
uniquement en prophylaxie chez les voyageurs ou en traitement dans les
pays industrialisés, du fait de son prix élevé. La tombée dans le domaine
public de son brevet en 2013 permet d¹envisager son utilisation
thérapeutique pour les populations en zone d¹endémie.

A l¹échelle mondiale, le nombre de cas de paludisme recule depuis
plusieurs années. Toutefois, un spectre hante l¹esprit des chercheurs : la
résistance aux médicaments des parasites du paludisme. Ceux-ci, en
particulier celui du nom de Plasmodium falciparum , sont en effet capables
de devenir résistants à tous les traitements qui existent actuellement.
Pour retarder au maximum l¹émergence et l¹extension de ces résistances, il
est nécessaire de diversifier les médicaments et de rationaliser leur
utilisation.Car moins les pathogènes seront exposés aux mêmes molécules,
moins ils développeront de résistances.

Efficacité prouvée

Pour ce faire, des chercheurs de l¹IRD et de l¹Organisation de
coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale (OCEAC)
évaluent depuis plus de 20 ans l¹efficacité de thérapies alternatives au
Cameroun. À l¹heure actuelle, le traitement préconisé par l¹OMS est fondé
sur l¹administration d¹une association médicamenteuse, appelée «
bithérapie », à base d¹artémisinine.

L¹équipe de recherche vient de montrer l¹efficacité de la combinaison dŒun
dérivé de l¹artémisinine, l¹artésunate, avec la Malarone® (ou Malanil®,
atovaquone). Celle-ci est à ce jour utilisée surtout en prophylaxie chez
les voyageurs se rendant temporairement dans un pays d¹endémie, mais aussi
en thérapeutique pour traiter le paludisme d¹importation dans les pays
industrialisés, en raison de son coût jusqu¹à présent inabordable.

Une combinaison gagnante

Administrée seule, la Malarone® a engendré quelques échecs thérapeutiques
(10,3 %) parmi les 340 jeunes patients camerounais de l¹étude, des enfants
âgés de moins de cinq ans. Ces échecs ont été majoritairement dus à des
réinfections au cours du traitement. Mais en combinaison avec
l¹artésunate, ce médicament s¹est même avéré plus efficace que la
bithérapie classique et le nombre de cas de rechute sous 28 jours moins
élevé.

Des souches de P. falciparum résistantes à la Malarone® existent
également. Mais associer cette dernière de manière systématique à un
dérivé de l¹artémisinine garantit au patient  une certaine efficacité du
traitement : il est en effet peu probable, à l¹heure actuelle, de
rencontrer une souche résistante à ces deux médicaments à la fois.

Le brevet de la Malarone® est tombé dans le domaine public en 2013.  Des
génériques commencent à voir le jour, ce qui entraîne une baisse de son
prix. Son utilisation en association thérapeutique avec un dérivé de
l¹artémisinine est donc désormais envisageable à destination des
populations vivant dans les pays d¹endémie.

Partenaires
Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique
centrale (OCEAC) au Cameroun, université de Cocody en Côte d¹Ivoire,
Institut Pasteur de Côte d¹Ivoire.

Références
Symposium International « Intégration de la Lutte contre les Maladies
Parasitaires en Afrique subsaharienne », à Cotonou au Bénin, le 12 et 13
mars 2015, organisé par le Centre de Lutte Intégrée contre le Paludisme
(CLIP) sous l¹égide de l¹IRD.
Tahar Rachida, Almelli T., Debue C., Foumane Ngane V., Djaman Allico J.,
Whegang Youdom S., Basco Leonardo. Randomized trial of
artesunate-amodiaquine, atovaquone-proguanil, and
artesunate-atovaquone-proguanil for the treatment of uncomplicated
falciparum malaria in children. Journal of Infectious Diseases ,2014:
1962­1971. doi:10.1093/infdis/jiu341

Présentation de notre ONG à la date du 21 décembre 2012 sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.