Téléphone avec puce sénégalaise: il faut se faire identifier rapidement

Outre les formalités pour le visa désormais nécessaire pour entrer au Sénégal, voici une  démarche  à accomplir pour ceux qui possèdent une puce sénégalaise sur leur téléphone: il faut s’identifier rapidement.

Je vous livre le message que nous venons de recevoir…

D’ici le 31 juillet, tout abonné de téléphonie mobile chez l’un des trois opérateurs du Sénégal qui ne sera pas identifié ne pourra plus passer d’appel à partir de son téléphone. Les appels entrants et sortants sur sa puce téléphonique seront dans un premier temps bloqués, avant que la puce ne soit tout bonnement bloquée.

C’est la mesure principale en amont de la Campagne de communication et de sensibilisation sur l’identification du numéro officiellement lancée, hier, par le Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp). Campagne qui vise à convaincre les usagers à « adhérer à l’impérieuse nécessité de s’identifier » et qui intervient après celle de 2007.

En effet, cette nouvelle tentative de l’Etat du Sénégal de s’aligner sur les normes internationales de sécurité des réseaux de télécommunications et des recommandations de l’Union internationale des télécommunications (Uit) a été initiée suite à l’évaluation de la mise en œuvre du décret nº 2007-937 du 7 août 2007 stipulant que « Les exploitants des réseaux de télécommunications ouverts au public sont tenus de procéder à l’identification des acheteurs et des utilisateurs des cartes Sim » qui a montré que malgré le caractère juridique de la mesure, les opérateurs peinent encore à identifier tous leurs abonnés.

Pour s’identifier, le client devra fournir sa Carte nationale d’identité (Cni) ou son passeport, seuls papiers reconnus dans le cadre de cette nouvelle mesure, précise Libération.

Quid des abonnés non encore majeurs ? Il appartiendra à leurs parents de s’identifier à leur place en tant que tuteurs, a précisé le directeur général de l’Artp, Abou Lo. Car la carte scolaire acceptée jusque-là, ne sera plus valable lorsque le nouveau décret sera signé, a-t-il précisé.

Quant aux méthodes mises en place par les opérateurs, elles sont presque identiques aussi bien chez Orange, Tigo qu’ Expresso.

En effet, entre la mise à profit de leurs centres d’appel, des points de vente de puces téléphoniques ou encore du déploiement d’équipes sur le terrain, les opérateurs promettent tous d’arriver aux 100 % d’abonnés identifiés fixés par le gouvernement.

Présentation de notre association ANIMA sur notre blog  en date du 21 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *