Naufrage du Joola: dixième anniversaire

En ce 26 septembre la Casamance et le Sénégal se souviennent qu’il y a dix ans le ferry qui assurait la liaison maritime de Ziguinchor à Dakar  sombrait dans la nuit. C’est  la plus grande catastrophe maritime de tous les temps: 1863 morts officiellement mais selon les associations sénégalaises le nombre des victimes est supérieur à 2000.

Une soixantaine de personnes seulement ont pu être recueillies dans la nuit par les pêcheurs venus au secours du ferry.

Une polémique sur les modalités de la prise en charge des suites immédiates du naufrage ainsi que sur les conditions d’exploitation du ferry se poursuit toujours. Le bateau était complètement surchargé (550 passagers  seulement auraient dû prendre place à bord) avec mauvaise répartition des poids sur le navire et surtout il n’était pas en mesure d’assurer correctement sa navigation: un seul des deux moteurs fonctionnait…Les familles des disparus se désolent que l’action judiciaire n’ait pas défini à ce jour les responsabilités et permis que justice leur soit faite…

Voir l’article  publié dans RFI ce jour

Les familles en attente de justice:

Cela fait dix ans que les familles se battent pour trouver réponse à leurs questions. Quelles sont les causes véritables du naufrage alors que le navire sortait des ateliers, après un an d’immobilisation pour réfection ? Pourquoi transportait-il près de 2 000 passagers, ce qui représente quatre fois plus que sa capacité ? Pourquoi les secours ont-ils mis dix huit heures avant d’arriver quand tant de vies auraient pu être sauvées ? Jusqu’où remonte la chaîne de responsabilités ? Et que faut-il faire pour qu’à l’avenir pareille catastrophe ne se reproduise plus ?

Suite au classement du dossier par la justice sénégalaise, ce sont les familles des 22 victimes françaises qui ont porté plainte, en France. Une information judiciaire a été ouverte pour homicides involontaires et défaut d’assistance à personnes en danger. En 2008, neuf hauts responsables sénégalais de l’époque, civils et militaires, ont été visés par des mandats d’arrêt internationaux. Le régime d’Abdoulaye Wade avait alors menacé la France de représailles judiciaires. En 2009, la Cour d’appel de Paris a annulé deux mandats d’arrêt pour cause d’immunité mais la procédure continue. La Cour de cassation doit se prononcer sur un éventuel procès en novembre prochain.

http://www.rfi.fr/afrique/20120925-senegal-il-y-dix-ans-naufrage-joola-transport-abdoulaye-wade

La plupart des villages de Casamance ont perdu nombre des leurs…Nous avons pu nous recueillir à Affiniam devant l’impressionnante  stèle érigée à la mémoire des nombreux disparus du village. En cette période de fin des vacances les étudiants casamançais rejoignaient pour la rentrée universitaire la ville de Dakar.

A Ziguinchor, tout près du port où venait s’amarrer le ferry, une place avec un monument rappelle le drame…

Nous redisons à tous nos amis de Casamance notre amical soutien alors que nous nous préparons à une prochaine nouvelle mission itinérante sur les îles de Basse Casamance.

Présentation de notre association en date du 23 décembre sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *