Résistances aux traitements anti-tuberculeux (suite)

En Inde, les cas d’insensibilité aux différents médicaments se multiplient
LE MONDE | 24.03.2012 à 14h37
http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/03/24/en-inde-les-cas-d-insensibilite-aux-differents-medicaments-se-multiplient_1675146_3244.html
Par Julien Bouissou

En décembre 2011, des médecins de l’hôpital Hinduja, à Bombay, ont annoncé la découverte de 12 cas de tuberculose « totalement résistants aux
médicaments ». Le ministère indien de la santé a toutefois contesté la
validité de ces résultats, indiquant que les souches infectieuses devaient
être testées dans plusieurs laboratoires avant de définir leur degré de
résistance. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a toujours pas
reconnu la catégorie de cas de tuberculose « totalement résistants ».

Avec 1,8 million de nouvelles contaminations par an en Inde, cette
découverte pourrait avoir des conséquences dramatiques. Médecins sans
frontières a recensé dans le pays près de 99 000 nouveaux cas par an de
tuberculose multirésistante, dont 1 % à 2 % seulement correctement
traités. « Cette résistance est favorisée par les traitements interrompus
prématurément ou mal adaptés, et par les contaminations croisées entre
patients dans les centres de soins bondés », explique John Bobby, directeur
local de l’association Avocats pour la santé dans le monde.

Les patients interrompent parfois la prise de médicaments faute de suivi,
ou par manque de moyens. Mais ils ne sont pas seuls responsables. Seul le
diagnostic personnalisé permet de guérir la tuberculose. Or, celui-ci est
coûteux et difficile à mettre en oeuvre dans un pays où les médecins ne
sont pas assez nombreux et souvent mal formés. Chez chaque patient, il
faut non seulement déceler la maladie mais également vérifier sa
résistance. Or, le test complet le moins cher revient à 10 dollars (7,5
euros), un coût encore prohibitif pour une grande majorité de patients.

Il y a pourtant urgence à combattre cette maladie qui tue chaque jour
environ 800 Indiens vivant en grande majorité dans des zones densément
peuplées, comme les bidonvilles. Dans le pays, le nombre de morts a chuté
d’environ 60 % entre 1990 et 2010, mais le nombre d’infections n’a pas
baissé au même rythme.

Vendredi 16 mars, le gouvernement indien a doublé le budget consacré à la
lutte contre la tuberculose, le portant à 150 millions de dollars. « Il
faut mener la lutte autour de quatre axes principaux, estime M. Bobby :
améliorer la qualité des diagnostics, déceler la maladie plus tôt,
standardiser les traitements et mettre en place un suivi des soins. »

Julien Bouissou

Présentation de notre association ANIMA en date du 23 décembre 2011.

Nous nous sommes installés à l’Espace Roumanille à Nyons pour notre exposition- vente jusqu’à mardi 3 avril, tous les après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.