Thérapeutiques présidentielles en Gambie…

Le site « AFRIQUE EN LIGNE »nous confirme cette information: le président de la Gambie propose depuis quatre ans « son programme de traitement alternatif » plutôt controversé –

Yahya Jammeh, poursuit son programme de traitement alternatif  avec un cinquième groupe de 141 femmes ayant des problèmes de fertilité, a-t-on appris samedi à Dakar. Il mène un programme de traitement alternatif concernant le VIH/sida, l’asthme et une série d’autres maladies qu’il soigne à base de plantes. Le président Jammeh affirme avoir déjà soigné plus de 3.411 patients (1 897 bébés) dans le cadre de son programme de traitement alternatif.

Depuis le début de ce programme en 2007, le président Jammeh avait déclaré avoir « été mandaté » pour traiter le VIH/SIDA.

Son programme est vivement critiqué par la communauté scientifique et de certaines organisations de défense des droits de l’homme.

Pana 09/07/2011

En Casamance nous sommes confrontés  à des  patients quittant leur pays pour se réfugier en Gambie toute proche et pour se faire prendre en charge sur le plan du VIH SIDA sans que nous sachions ce qu’il en est de ce traitement et si ils entrent  dans ces séquences de soins présidentielles…Nous avons l’exemple récent de deux jeunes femmes décédées avec leur nourrisson au retour de Gambie après avoir abandonné leur traitement classique du VIH et celui de la tuberculose conjointe: ceci ne nous permet pas bien sûr de généraliser…

On peut cependant se dire que cette démarche gambienne permet aux malades d’oser se déclarer. En effet nous voyons lors de nos missions en brousse que c’est là un obstacle majeur dans la lutte contre le VIH: nombre de patients ne peuvent être informés officiellement et surtout pas en parler à leur entourage ce qui anéantit toute démarche de protection et de recherche autour du malade. Autant il est facile de parler du SIDA de façon générale, autant il est quasiment impossible en brousse qu’un patient, une patiente surtout, ose se déclarer atteinte du VIH pour ne pas être  immédiatement exclue de sa communauté…Tout comme en métropole un test de dépistage du SIDA ne peut être proposé qu’avec l’accord du patient: reste à agir ensuite si le test se révèle positif…

Présentation de notre association en date du 28 février sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *