Traitement du Paludisme grave par ARTESUNATE, le traitement de référence désormais.

Paludisme grave : l’artésunate est le traitement de référence.
Dans le traitement du paludisme grave notamment chez les enfants,
l’artésunate est plus efficace que la quinine pour réduire la mortalité.

Chez les personnes n’ayant pas d’immunité contre le parasite Plasmodium
falciparum, surtout les enfants avant 5 ans, le paludisme est parfois grave, voire
mortel. Dans certaines régions d’Asie du Sud-Est, quand la quinine est
d’efficacité incertaine en raison de résistances possibles, l’artésunate
intraveineux est le traitement qui a la meilleure balance bénéfices-risques en cas de paludisme grave.

En Afrique, un vaste essai mené dans 9 pays africains a comparé artésunate
et quinine chez plus de 5 000 enfants de moins de 15 ans hospitalisés pour
un paludisme grave.

La mortalité avant la sortie de l’hôpital a été de 10 % chez les enfants
traités par l’artésunate contre 12,5 % chez les enfants traités par quinine.

Les effets indésirables rapportés ont été difficiles à distinguer de
l’évolution d’un paludisme sévère. Aucun effet indésirable grave n’a été
imputé aux médicaments.

Les effets indésirables répertoriés des dérivés de l’artésunate sont
principalement : des troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements,
diarrhées, douleurs abdominales), des prurits et éruptions cutanées, des
troubles neurologiques, des troubles sanguins et des troubles cardiaques.

En pratique, en Afrique comme en Asie du Sud-Est, l’artésunate réduit plus
la mortalité que la quinine en cas de paludisme grave, notamment chez les
enfants.

L’Artésunate est à utiliser en premier choix dans tous les cas de
paludisme grave.

©Prescrire 1er juin 2011

Nous pouvons ajouter à cette publication de la revue « Prescrire » les remarques suivantes:
La voie intraveineuse ainsi que la voie intra musculaire ont été utilisées, semble-t-il dans cet essai. Nous savons que la voie IM ( intra fessière), chez les nourrissons est source en Afrique de nombre de paralysies sciatiques. D’où l’intérêt chez ces bébés de la voie intra-rectale en utilisant la Quinine diluée: cette méthode intéressante qui a prouvé son efficacité  n’a pas vraiment été utilisée en Afrique, malgré les publications d’Hubert de Barennes. Nous l’avons pour notre part souvent utilisée chez les bébés lorsqu’il n’y a pas de diarrhée.  Nous ne savons pas si l’Artésunate pourrait être utilisé de cette manière.

L’apport de l’artésunate, la mise à disposition des soignants de tests de diagnostic rapide, l’utilisation de moustiquaires imprégnées sont les trois principales causes de la diminution des cas de Paludisme en Afrique, comme nous le constatons lors de nos missions en Casamance.

Présentation de notre association ANIMA à la date du 28 février dernier sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *