L’OMS a besoin d’une année supplémentaire pour résoudre la question des faux médicaments.

 

Nous vous parlons régulièrement de la lutte contre les médicaments contrefaits.

Le forum ReMed nous  donne, dans ce dossier, l’information suivante :
L’OMS a besoin d’une année supplémentaire pour résoudre la question  des faux médicaments.

 

 

Intellectual Property Watch
23 May 2011

http://www.ip-watch.org/weblog/2011/05/23/who-needs-another-year-to-solve-di
fferences-on-fake-medicines-committee-decides/?utm_source=post&utm_medium=em
ail&utm_campaign=alerts

En mai 2010, l’Assemblée générale avait demandé au directeur général de
l’OMS de réunir un groupe de travail sur les produits « sous
dosés/douteux:/mal étiquetés/falsifiés/contrefaits »
.
Cette terminologie un
peu lourde avait été acceptée lors de cette même Assemblée, en réponse aux
questions de certains pays en développement qui trouvaient que l’appellation
« contrefait » fait plus référence aux infractions à la propriété
intellectuelle (brevets et les marques) plutôt qu’à la qualité des médicaments. Il
avait été demandé au groupe de travail de présenter son rapport à
l’Assemblée de 2011.

Le groupe s’est réuni tardivement fin février 2011, sans réussir à se mettre
d’accord, lors de cette unique séance, sur les recommandations spécifiques de l’Assemblée Générale de la Santé, et il a demandé, sous la présidence de  Darlington Mwanza (Zambie) d’allonger la période prévue par l’Assemblée.

Les représentants des pays rassemblés à l’Assemblée Mondiale de la Santé
samedi ont donc décidé à l’unanimité de donner une année supplémentaire au groupe de travail chargé de faire des recommandations sur les faux médicaments.

Tous les pays présents à la réunion du Comité A de l’Assemblée annuelle
reconnaissent que les faux médicaments sont un problème majeur de santé publique en particulier dans les pays en développement.
Cependant, la réponse à la question reste une pomme de discorde. Les pays
essaient de définir le rôle de l’OMS dans cette lutte.

Tous les pays qui se sont exprimés ont demandé une année supplémentaire en
conservant le mandat initial et en demandant un calendrier clair des
réunions et un rapport pour l’Assemblée Générale de 2012. Des déclarations
fermes sur la question de la propriété intellectuelle ont été faites, ainsi
que la nécessité de renforcer les structures réglementaires.

En date du 28 février, sur ce blog, présentation de notre association ANIMA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.