Prévenir la tuberculose chez les porteurs du VIH

Par l’intermédiaire du forum ReMed nous avons pris connaissance des « Nouvelles lignes directrices de l’OMS pour prévenir la tuberculose chez les personnes
vivant avec le VIH
« 

1ER DÉCEMBRE 2010 | GENÈVE — Selon de nouvelles lignes directrices publiées
aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), un traitement
médicamenteux préventif peu onéreux, pris régulièrement, permet de prémunir
les enfants et les adultes vivant avec le VIH de la tuberculose, l’une des
plus graves menaces qui pèsent les sujets porteurs du VIH. La tuberculose
est à l’origine d’un quart des quelque deux millions de décès liés au sida
qui surviennent chaque année.

Liens
Nouvelles lignes directrice de l’OMS – en anglais
http://www.who.int/hiv/pub/tb/9789241500708/en/index.html

Ces lignes directrices sont fondées sur de nouvelles données scientifiques
et constituent une mise à jour de la politique précédente, qui date de 1998.
Les principales recommandations qui y figurent sont les suivantes:

Tous les enfants et les adultes qui vivent avec le VIH, y compris les femmes
enceintes et les personnes sous traitement antirétroviral, doivent recevoir
un traitement préventif à l’isoniazide.

L’isoniazide doit être prise pendant 6 à 36 mois, ou à vie dans les endroits
où il y a une forte prévalence de l’infection à VIH et de la tuberculose.

Une tuberculose évolutive ou d’autres pathologies doivent être recherchées
chez les personnes vivant avec le VIH et semblant présenter des symptômes de
tuberculose afin qu’elles puissent bénéficier des traitements appropriés.

Selon le Dr Mario Raviglione, Directeur du Département Halte à la
tuberculose de l’OMS, «Dans de nombreux pays, l’infection à VIH est un
facteur important d’amplification de l’épidémie de tuberculose. La
tuberculose est une maladie qu’il est possible de prévenir et de guérir et
les nouvelles lignes directrices montrent comment briser le lien mortel
entre tuberculose et VIH.
» «Tous les pays et toutes les communautés doivent
appliquer ces nouvelles lignes directrices et l’OMS peut fournir l’appui
nécessaire à cette fin», a-t-il ajouté.

Les nouvelles lignes directrices abordent également les idées fausses qui
pourraient expliquer en partie pourquoi le traitement à l’isoniazide est peu
utilisé.

On n’a, par exemple, trouvé aucune donnée scientifique confirmant la crainte
que la prise d’isoniazide seule favorise l’apparition de résistances à ce
médicament. Cette clarification, ainsi que d’autres, apportées dans les
lignes directrices devraient améliorer l’accès de millions de gens vivant
avec le VIH à un traitement préventif.

Pour plus d’informations, prendre contact avec:

Tunga Namjilsuren
Responsable de communication
Département OMS VIH/sida
Téléphone: +41 22 791 1073
Courriel: namjilsurent@who.int

Glenn Thomas
Conseiller principal en communication
Département OMS Halte à la tuberculose
Portable: +41 79 509 0677
Courriel: thomasg@who.int

 

Notre association ANIMA vous est présentée dans ce blog à la date du 15 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *