Résistance antimicrobienne: inquiétudes de l’OMS

L’OMS appelle les pays à renforcer la lutte contre la résistance
antimicrobienne
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=22757

Les résistances antimicrobiennes, c’est-à-dire cette capacité
des micro-organismes à devenir plus résistants aux médicaments, sont en
train d’augmenter de manière inquiétante, a indiqué l’Organisation
mondiale de la santé (OMS).
« Des bactéries ont développé des mécanismes qui les rend plus résistantes à
certains antibiotiques. Elles constituent une menace croissante et mondiale
pour la santé publique », indique l’OMS.

Il est rapporté l’apparition aux Etats Unis du nouveau mécanisme
de résistance NDM-1 (New Delhi Metallo-bêta-lactamase) chez 3 souches d’entérobatéries
isolées de patients ayant récemment reçu des soins médicaux en Inde (1). Ce
mécanisme, décrit pour la première fois en 2009, confère une multirésistance
à toutes les bêta-lactamines, (sauf l’aztréonam) ainsi qu’aux aminosides
et fluoroquinolones. 
Un article alarmant publié récemment dans la revue médicale ‘The Lancet infectious diseases’ fait état de la découverte d’un nouveau gène qui permet à des bactéries de
devenir hautement résistantes à presque tous les antibiotiques. La transmissibilité du gène est un facteur des plus inquiétant concernant la diffusion potentielle de ce mécanisme.

 Depuis leur découverte au 20e siècle, les antimicrobiens (antibiotiques et
médicaments apparentés) ont permis de réduire considérablement la menace de
maladies infectieuses. En aidant à maîtriser un grand nombre
de maladies infectieuses, les antimicrobiens ont également contribué (avec les progrès de l’hygiène, de l’alimentation et des conditions de vie…) à la
grande progression de l’espérance de vie observée dans la dernière partie du
20e siècle.
Mais ces progrès sont maintenant sérieusement remis en question par une
nouvelle évolution : l’apparition et la propagation de germes résistants aux
médicaments bon marché (les plus utilisés dans les pays les plus pauvres). L’émergence de la résistance aux antimicrobiens s’est intensifiée sur les maladies les plus fréquentes (  infections diarrhéiques,  infections respiratoires,  méningites, infections sexuellement
transmissibles et  infections nosocomiales…).

La mauvaise utilisation des antibiotiques en Inde  pourrait  expliquer cette émergence ainsi que, semble-t-il, le mépris des règles élémentaires d’hygiène lors de certaines pratiques (chirurgie esthétique) qui attireraient  certains touristes.
 Face à cette découverte inquiétante, l’OMS lance un appel aux Etats pour
qu’ils renforcent la surveillance des résistances antimicrobiennes, pour que
le personnel médical et les patients soient sensibilisés à l’utilisation
rationnelle des antibiotiques, et pour que soient introduites des
législations interdisant la vente d’antibiotiques sans prescription
médicale.

 

Notre association ANIMA vous est présentée sur ce blog en date du 31 mai 2010.
 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *