Journée mondiale contre le paludisme célébrée le 25 avril

Le forum ReMed nous permet de prendre connaissance de l’intervention du Secrétaire Général de l’ONU

Secrétaire général
SG/SM/12850
OBV/871

Département de l’information . Service des informations et des
accréditations . New York

BAN KI-MOON SALUE LES EFFORTS FRUCTUEUX DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
DANS LA LUTTE CONTRE LE PALUDISME ET APPELLE À LES POURSUIVRE
http://www.un.org/News/fr-press/docs/2010/SGSM12850.doc.htm

On trouvera ci-après le texte intégral du message du Secrétaire général de l’ONU,
M. Ban Ki-moon, publié à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre
le paludisme, célébrée le 25 avril:

Il y a deux ans, j’ai demandé que des programmes de prévention et de
traitement du paludisme soient mis à la disposition des populations exposées
à ce fléau dans le monde entier d’ici à la fin de 2010. Cette Journée
mondiale de lutte contre le paludisme nous donne bien des raisons de nous
réjouir. En un laps de temps très court, nous sommes passés d’une situation
où l’on s’efforçait simplement d’enrayer la progression de la maladie à l’objectif
réaliste qui consiste à prodiguer des soins efficaces et abordables à tous
ceux qui en ont besoin. Par ailleurs, la communauté des scientifiques a
élaboré un programme de recherche afin de mettre au point les outils et les
stratégies qui permettront d’éliminer définitivement ce spectre.

Depuis 2003, les montants promis par la communauté internationale pour
lutter contre le paludisme se sont multipliés par plus de cinq, atteignant
1,7 milliard de dollars en 2009. Même si l’on est loin du compte, ces fonds
ont permis d’augmenter considérablement les interventions dans ce domaine.
Les pays qui ont été en mesure de fournir des moustiquaires et un traitement
à une proportion importante de la population ont connu une baisse d’au moins
50 % des cas de paludisme et de la mortalité due à cette maladie. Les taux
de mortalité infantile ont aussi diminué de manière générale.

Mais notre optimisme doit aussi être empreint de prudence. Le paludisme est
un ennemi tenace. Pour préserver les gains obtenus, nous devons faire
preuve de vigilance. La résistance du parasite aux médicaments
antipaludéens fait peser une lourde menace, et le recours aux monothérapies
à base d’artémisinine est la principale cause de sa propagation. C’est
pourquoi j’invite la communauté internationale à donner suite sans tarder à
la résolution adoptée par l’Assemblée mondiale de la santé en 2007 pour
éliminer toutes les monothérapies orales à base d’artémisinine de la chaîne
d’approvisionnement.

La campagne mondiale de lutte contre le paludisme a montré ce qu’il est
possible de faire lorsque la communauté internationale unit ses efforts sur
plusieurs fronts pour venir à bout d’une maladie qui fait le plus grand
nombre de victimes parmi les populations pauvres et défavorisées. Cette
ferme détermination a suscité des innovations : des initiatives novatrices
ont facilité la fourniture d’un nombre considérable de moustiquaires; des
alliances inédites s’attachent à mettre au point de nouveaux médicaments
antipaludéens et à rendre plus accessibles et plus abordables ceux qui
existent déjà. Il s’agit à présent de veiller à ce que toutes les personnes
exposées puissent obtenir un diagnostic et recevoir un traitement de
qualité.

Les progrès accomplis ces dernières années montrent que le combat contre le
paludisme peut être gagné. Les interventions ont joué un rôle déterminant.
L’aide au développement affectée à la santé s’est révélée efficace. Cela
nous donne aussi de bonnes raisons d’espérer que nous pourrons réduire la
mortalité infantile et améliorer la santé maternelle. En septembre, j’organiserai
un sommet en vue de passer en revue les progrès accomplis vers les objectifs
du Millénaire pour le développement et d’énoncer un programme d’action pour
la période qu’il reste à parcourir jusqu’à la date convenue de 2015. En
cette Journée mondiale de lutte contre le paludisme, faisons fond sur les
succès remportés. Ils nous montrent qu’avec la volonté et les ressources
nécessaires, nous pouvons éliminer ce fléau et atteindre tous les objectifs
fixés en matière de développement à l’échelle mondiale.

_______________________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *