Mission itinérante sur les îles de Basse-Casamance – chapitre 9

Pendant que nous travaillons au poste de santé de Nioumoune   et dans les locaux de la maternité, Dominique et Philippe partent à bord de la petite pirogue rouge

pa210142.1260182425.JPG

avec Philomène, la matrone  assistante- infirmière, en prenant le gamin  Teiva à Haer…L’éclairage de la maternité mis en place par Jean et Gérard, voici quatre ans, ne fonctionne plus du tout comme nous avions pu nous rendre compte lors de notre dernier passage. En fait, l’installation a servi à visonner quelques matches de foot à la télé et le système a rendu l’âme d’autant que d’intempestifs bricolages sont venus aggraver les problèmes…

p1030771.1260183015.JPG

Sur la route de Haer et de Hitou

Nous déciderons donc de revenir à notre projet premier qui était de fournir un éclairage à la maternité et de ne conserver que du 12 volts à partir des batteries alimentées par les panneaux solaires. Bien sûr plus question de regarder la télé ou de recharger les téléphones portables mais au moins la maternbité retrouvera-t-elle ses lumières avec des tubes néons. Le directeur de l’école est muté et nous perdons un précieux partenaire qui nous a souvent donné la main lors de chacune de nos missions.

Thérèse, originaire de Nioumoune a eu son bac à Dakar et voudrait se lancer dans des études d’infirmière; comme promis nous lui accordons sa bourse et demandons à son cousin Alex, pédiatre à Dakar, que nous connaissons bien de lui avancer l’argent pour qu’elle puisse s’inscrire; nous le rembourserons lors de notre passage avant de prendre l’avion de notre retour.

Forte activité tant toute la journée du samedi que le dimanche où la consultation du matin prend fin  vers 15 heures; elle s’interrompt en fait parce qu’il y a des cérémonies de deuil prévues, cérémonies auxquelles tous les habitants se doivent de participer: ils nous abandonnent donc.

mismed-octobre-09-041.1260181715.jpg

Les enfants présentent de multiples infections cutanées qui nécissent souvent le recours aux antibiotiques. Nous aurons revu entre autres le bébé que réagit mal à la première antibiothérapie commencée avant notre venue; nous passons donc à notre antibiotique injectable le plus puissant, la Ceftriaxone,  mais restons pessimistes devant cette fièvre qui ne veut pas céder…Un patient présente une bradycardie (coeur très lent) inquiétante: le bloc auriculo ventriculaire complet est confirmé à l’électrocardiographie; l’implantation d’un pacemaker  pourrait seule résoudre ce  problème cardiaque mais ici il n’en est pas question d’autant que de façon surprenante le patient s’accommode plutôt bien de ce coeur si ralenti…C’est ici l’occasion de remercie Dominique notre ami cardiologue qui a offert à ANIMA ce merveilleux petit appareil trois pistes qui nous rend bien service sur le terrain.

Les journées sont des plus chaudes sous un soleil ardent.  Va-t-il encore pleuvoir? Ce serait nécessaire pour alimenter les rizières; de gros cumulus s’amoncellent, le tonnerre gronde  au loin , les éclairs  se rapprochent tous les soirs et souvent en pleine nuit, brutalement, le vent se déchaîne apportant  son  sable et quelques gouttes seulement; les tentes sont secouées, le voilier à l’ancre se cabre et Dominique souvent enclenche le moteur pour soulager la chaine et éviter que nous ne dérapions…

Vous trouvez à la date du 2 octobre une présentation complète de notre association ainsi que nos coordonnées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *