Mission médicalisée du 14 octobre au 8 novembre 2008 sur les îles de Casamance

Comme chaque automne ANIMA organise une mission à la fin de la saison des pluies sur les îles déshéritées de Casamance.

 

 

mangrove-oct-08.1226330878.jpg

La mangrove

Nous serons cette fois quatre médecins, deux dentistes, deux infirmières, une pharmacienne sans oublier Hyacinthe, notre correspondant au Sénégal, Séraphin qui nous représente à Nioumoune et Bernardin l’assistant dentaire. Pour conduire la pirogue c’est Kana qui a été embauché tandis qu’Anouck nous assistera sur le plan Intendance lors de nos  pérégrinations sur Kouba et Boune.

Départ de Marseille le mardi matin 14 octobre pour un vol direct sur Dakar. Nous ne sommes que trois, Mireille (médecin), Emilia (infirmière) et moi à embarquer mais retrouvons dans l’avion Marinette (médecin), et Alain (0RL) ainsi que Catherine (pharmacienne) à bord depuis Lyon. Le reste de l’équipe se trouve déjà au Sénégal.

L’arrivée à Dakar nous voit débarquer par un petit 32°. Première chose à faire: gagner au plus vite le port pour embarquer sur le ferry qui relie la capitale à Ziguinchor; pour cela, dans la cohue, trouver deux taxis (et discuter fermement le prix immédiatement!) pour emmener notre équipe de six personnes et les nombreux bagages que nous avons pris avec nous. Nous sommes surpris par le renouvellement du parc des taxis dont beaucoup fleurent bon le neuf!: avant tout des 406 fabriquées en Iran.

Pour éviter les embouteillages notre chauffeur s’engage sur un chemin de terre, non encore goudronné, mais nous conduit hélas vers un marché qu’il n’est pas question de traverser ni de contourner: un grand trou rempli d’eau par les pluies récentes nous barre la route! N’oublions pas que la saison des pluies, l’hivernage, n’est pas encore terminée! Bref, nous revenons sur nos pas pour affronter l’encombrement des quartiers difficiles où il convient de prendre son mal en patience…encore beaucoup de patience, grande vertu africaine,  pour faire enregistrer, au port, nos « bagaux » comme disent les Africains, comprenez bien sûr nos bagages, .. Le ferry  nous attend mais nous ne nous y installerons qu’après une interminable queue en plein soleil dans une désorganisation des plus complète qu’on n’oserait même pas imaginer. Nous avons retrouvé Anne et Michel notre couple dentaire, heureusement arrivés depuis deux jours; ils ont pu s’occuper de la réservation de nos billets hier : il est impossible, en effet, de réserver. le jour même …encore faut-il pour ce faire détenir obligatoirement les numéros de passeport des passagers! Cela ne s’est pas fait facilement: mails depuis la Guyane non arrivés à destination, Alain non joignable au congrès ORL à Paris…Tout s’est finalement arrangé; nous voyagerons à 8 répartis dans deux cabines de 4, toutes neuves et confortables; n’était cependant le petit escalier censé permettre de monter et surtout de descendre de la couchette supérieure ce qui va devenir chaque fois un exploit sportif personnel…Michel, dynamique et efficace, prend en mains sur ma demande, la comptabilité de la caisse de bord de l’équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *