Fin du récit de Sally, dentiste en Casamance lors de la mission ANIMA de janvier 2008

Sally termine le récit de la mission ANIMA de janvier 2008 à laquelle elle a particpé. Nous la remercions vivementde s’être ainsi impliquée à nos côtés et d’avoir travaillé dans des conditions pénibles en gardant le sourire et l’esprit d’équipe.« Conclusions

L’objectif de l’association d’apporter secours aux populations isolées des îles de la Casamance a bien pu être rempli lors de la mission grâce à la coopération de beaucoup de personnes. Une telle mission demande une grande organisation, et le concours de nombreux volontaires dont j’étais heureuse de faire partie.

Il est vrai que dans les villages il existe des dispensaires locaux, mais l’analyse de ces postes et cases de santé démontre que beaucoup reste à faire tant dans la présence de personnel soignant formé que dans l’équipement des locaux. Il persiste trop souvent des dissensions entre les soignants et les comités de santé. Il est triste de voir qu’à l’intérieur des villages les habitants créent parfois des tensions entre eux, et il s’agit de les rendre attentifs aux conséquences de tels désaccords et les aider à trouver des solutions à ces problèmes rencontrés. Il faut absolument veiller à l’élaboration d’un meilleur fonctionnement de ces structures et assurer la formation d’infirmiers., comme le réalise ANIMA en attribuant des bourses pour une telle formation. Malgré ces difficultés, liées entre autres à l’isolement des villages, il faut souligner le profond désir de soins de la population et la bonne volonté des soignants et des responsables, souvent dépassés justement par le manque de moyens.

ANIMA est une association officiellement reconnue par les autorités sénégalaises Les missions se déroulent régulièrement aux mêmes endroits, ce qui permet d’assurer un suivi au niveau des populations, ce qui est d’une très grande importance dans la médecine dentaire. Des comparaisons des chiffres avec ceux des missions précédentes fournissent la preuve de l’efficacité de la mission, étant donné que le nombre de soins est en diminution. Outre les soins bucco-dentaires réalisés, nous avons insisté énormément sur la prévention et nous avons rappelé inlassablement les règles élémentaires d’hygiène. Nous avons sans cesse expliqué l’effet néfaste du sucre sur les dents et l’importance du brossage des dents.

Cette mission humanitaire nous a permis d’approcher autrement qu’en simples touristes une population qui nous apporte tant sur le plan de l’amitié et de la reconnaissance mutuelle. Les expériences vécues m’ont enrichie à plein d’égards. Sur le plan professionnel, j’ai appris à travailler dans des conditions assez difficiles avec un minimum de matériel, mais nous avons pu soulager de nombreuses personnes qui en retour nous témoignaient leur reconnaissance inconditionnelle. C’est vrai qu’ils prennent conscience de nos actions bénéfiques, ce qui se faisait bien remarquer à l’arrivée dans les villages, par les habitants qui nous accueillaient avec une grande ferveur. Sur le plan humain, leur joie de vivre a laissé une empreinte indélébile. Ce côté festif, jovial, caractéristique d’un certain état d’esprit que nous avons tendance, nous, à oublier, mais que, eux, savent si bien entretenir, malgré la pauvreté qui leur pèse. Ils se contentent de si peu de choses, et sont tout de même si heureux. La vie des Africains surtout en brousse les use prématurément mais sans heureusement leur ôter leur joie de vivre et de communiquer.

L’authenticité de l’hospitalité des Sénégalais ne laisse personne indifférent dans ce pays de la Teranga, une des valeurs les plus importantes au Sénégal. Leur état d’esprit et leur manière d’appréhender la vie sont tellement différents des nôtres. J’ai pris conscience de l’excès dans lequel nous vivons, et je me suis rendu compte des justes valeurs de la vie.

En tout cas, et pour finir, je tiens à préciser que ces populations sont prêtes à lutter contre la maladie et la pauvreté et s’efforcent de s’en sortir de leur situation, mais qu’ils ont après tout besoin de notre aide et notre soutien : agir c’est aider. »

ANIMA

BP N0 37

26111 NYONS CEDEX

anima@anima-ong.fr

Site Internet que nous allons prochainement essayer de rendre plus vivant, grâce au soutien de Pierre qui nous héberge:

http:// anima-ong.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *