Médecine générale en compagnonnage au nord Mali avec SMARA CHAPITRE 5

 

 

dsc02880.1213767469.jpg

Depuis deux jours régnait une chaleur immobile, étouffante sans que s’établisse le vent salvateur qui rafraîchissait nos nuits précédentes sur le toit de la base. Et puis après un lundi gris, plombé d’un ciel presque opaque, tout au long de la nuit quelques gouttes de pluie se sont mises à tomber de temps en temps ; suffisamment pour me sortir de la moustiquaire prêt à la ranger rapidement et à gagner la pièce étouffante en dessous mais cessant rapidement si bien qu’après quelques secondes d’hésitation je regagnai le matelas sous la moustiquaire. A cinq heures du matin il devenait temps enfin de battre définitivement en retraite, de descendre tout mon barda et de me retrouver devant l’ordinateur, face au ventilateur bienfaisant qui atténuait la surchauffe des pièces de la maison. L’électricité arrive maintenant à Léré mais de nombreuses coupures sont pratiquées régulièrement si bien que l’installation SMARA avec panneaux solaires, batteries et convertisseur reste des plus utiles.

Il a donc plu longtemps alors que cela n’arrive que des plus rarement à cette époque et suffisamment pour que la piste regorge d’eau et que se créent des ornières qu’il vaut mieux éviter ! Le troisième jour nous retrouvons le grand ciel bleu, la chaleur à plus de 40° mais heureusement pour nous les nuits à l’extérieur restent fraîches si bien que l’on peut se reposer malgré le bruit, malgré les bruits…Braiements d’ânes, chants du coq mais aussi prières des muezzins dont on n’ose pas dire qu’elles réveillent mais il est vrai que tel est leur finalité !…et puis parlottes sans souci de discrétion de noctambules ou des gardiens du centre de santé tout proche autour de leur feu…

dsc02884.1213767525.jpg

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.