CECITE: Rétinite diabétique

Comme annoncé continuons à traiter au fur et à mesure des principales causes de cécité dans le monde et en particulier en Afrique que nous fréquentons de par nos activités humanitaires.

Dans le monde, on compte plus de 161 millions de personnes atteintes de déficience visuelle, dont 124 millions de basse vision et 37 millions de cécité. 4,8% de ces cécités sont liées à une complication d’une maladie qui atteint 170 millions patients sur la planète (366 millions en 2030 selon les estimations de l’OMS).

Cette maladie c’est le DIABETE lié à des désordres de l’équilibre du glucose dans l’organisme par insuffisance de secrétion d’insuline (Type 1) ou résistance des tissus (Type 2) à l’action de cette hormone pancréatique…

Le diabète mal équilibré engendre des longues périodes d’hyperglycémie (taux de glucose dans le sang trop élevé) qui vont altérer la paroi des petits vaisseaux entrainant ainsi une « microangiopathie » qui va lentement, silencieusement mais inexorablement atteindre tant le rein que l’oeil et en particulier la rétine provoquant la retinite diabétique qui va altérer la vision.

Après 20 ans d’évolution les trois quarts des patients vont ainsi présenter des lésions de microangiopathie décélables et quantifiables par l’examen du FO (fond d’oeil) avec recours à l‘angiographie qui visualise les vaisseaux de la rétine: une prise en charge correcte du diabète, et de sa complication retinienne est pourtant efficace et permettrait de réduire notablement la dégradation de la vision jusqu’à la cécité.

Nombre de patients ne sont pas détectés suffisamment tôt avant l’apparition des complications rénales, oculaires et vasculaires et ce même en Europe. En Afrique nous savons que nombre de diabtéiques ne sont détectés qu’au moment des complications…

Il se pose donc déjà un problème de diagnostic pour les diabètes de type 2 insidieux.

Une fois le diagnostic connu le patient doit

  • être pris en charge
  • recevoir les conseils pour sa vie courante :réduire l’obésité, exercice physique, alimentation équilibrée, conseils diététiques )
  • recevoir les traitements appropriés
  • sous couvert d’une surveillance tout au long de l’existence. Cette surveillance sera biologique (en particulier par le suivi de l’hémoglobine glycosylée), clinique mais aussi ophtalmologique et ce chaque année...Même en Europe, même en France certains patients ne consultent pas un ophtalmologue chaque année pour la surveillance de leur FO…

rd-p.1185983997.jpg
Angiographie avec lésions de réinite diabétique
Il existe pourtant un traitement de la microangiopathie par laser pour détruire les zones de microangiopathie en évitant ainsi leur développement et les hémorragies qu’elles provoquent. Ces séances de laser empêcheront ou retarderont, si elles sont faites à temps, la dégradation de la rétine et donc de la vision.

ppr-p.1185984043.jpg

après photocoagulation par laser

Photos du Dr Edouard Benois, ophtalmologue à 50800 VILLEDIEU que nous remercions

Lors de nos missions sur les iles de Casamance nous sommes équipés d’un lecteur de glycémie et n’hésitons pas à réaliser cet examen chaque fois qu’il existe la moindre suspicion de diabète. Faudrait-il rendre cette recherche systématique auprès de toute une population?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *