Nanopatch pour détection de la tuberculose

Un nanopatch israélien serait capable de détecter la tuberculose
Le forum E-Med nous informe
Date: Thu, 8 Jul 2021 14:58:54 +0000
From: "e-med" <e-med@healthnet.org>
Subject: [e-med] Un nanopatch serait capable de détecter la
	tuberculose
To: "e-med@healthnet.org" <e-med@healthnet.org>
Message-ID:
	<PR3PR03MB63803247969E6DE2D3DF20B3F3199@PR3PR03MB6380.eurprd03.prod.outlook.com>
	
Content-Type: text/plain; charset="windows-1252"


Chaque année, 3 millions de personnes dans le monde ne parviennent pas à diagnostiquer la tuberculose, souvent parce que les tests ne sont pas disponibles
Par NATHAN JEFFAY
6 juillet 2021, 16:28  
 Un prototype du nouveau patch cutané israélien détectant la tuberculose (Crédit : Technion-Israel Institute of Technology).
https://fr.timesofisrael.com/un-nanopatch-israelien-serait-capable-de-detecter-la-tuberculose/

Un nouveau patch cutané israélien capable de détecter la tuberculose permettra de réduire le nombre considérable de personnes qui meurent de cette maladie car ils ne sont pas diagnostiqués, et cette découvert pourrait aider le monde à l’éradiquer complètement, selon des scientifiques.

La tuberculose est responsable de 1,4 million de décès par an, presque exclusivement dans les pays pauvres. Elle se transmet facilement par les éternuements, la salive et la toux, et chaque personne infectée la transmet à plus de 10 personnes en moyenne.

Un traitement est disponible, mais en raison de la mauvaise mise à disposition des tests, qui nécessitent un traitement en laboratoire, de nombreuses personnes ne parviennent pas à se faire diagnostiquer.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info INSCRIPTION GRATUITE !
L’Organisation mondiale de la santé considère la tuberculose comme une « urgence sanitaire mondiale » depuis 1993. Elle souligne le pouvoir du dépistage et indique qu’environ 60 millions de vies ont été sauvées grâce au diagnostic et au traitement entre 2000 et 2019. Mais les infrastructures de dépistage sont insuffisantes, et l’on passe à côté de près de 3 millions de cas chaque année.

Une équipe de recherche du Technion-Israel Institute of Technology a révélé, dans un article de revue à comité de lecture, avoir produit et testé un patch qui donne un diagnostic une heure après avoir été appliqué sur la peau.

« Le patch contient des capteurs faits de nanoparticules, et ce que nous faisons, c’est détecter les changements dans l’odeur de la personne, ce qui peut nous dire avec une grande précision si elle a ou non la tuberculose », a déclaré le Dr. Rotem Vishinkin au Times of Israël.


Illustration : Un jeune patient atteint de tuberculose fait la queue pour montrer au médecin sa radiographie à l’hôpital public Lal Bahadur Shastri de Ram Nagar à Varanasi, en Inde. (Crédit : AP Photo/Rajesh Kumar Singh)
« La simplification du diagnostic est importante pour détecter les cas et permettre aux gens d’être traités, et c’est là notre objectif », a ajouté  Vishinkin, dont l’équipe espère qu’elle aidera les prestataires de soins de santé des pays en développement à éradiquer la maladie.

Elle a mené ses recherches sous la supervision du professeur Hossam Haick, un pionnier de la détection des maladies par l’odorat, dont les travaux antérieurs constituent la base d’un nouveau dispositif de surveillance respiratoire en cours de développement grâce à une importante subvention de l’Union européenne.


Le Dr. Rotem Vishinkin du Technion. (Crédit : Technion)
Le principal avantage du nouveau patch antituberculeux est qu’il permet d’étendre les tests bien au-delà des secteurs où il existe une bonne infrastructure de cliniques et de laboratoires, a déclaré le Dr. Vishinkin.

« Le patch est simple à utiliser, il suffit de le placer sur la peau », a-t-elle ajouté.

Dans le modèle actuel, un ordinateur est nécessaire pour fournir les résultats, mais le produit final transmettra automatiquement les résultats à un téléphone portable ou à une clinique, a ajouté Vishinkin.

Grâce à un financement de la Fondation Bill et Melinda Gates, son équipe a testé le patch sur 1 000 personnes – en Afrique du Sud, en Inde et en Lettonie – et il a montré une efficacité de 90 %. D’autres tests sont en cours et l’équipe du Technion espère mettre le produit sur le marché d’ici quelques années.

Vishinkin a déclaré que le format du nano-patch pourrait à l’avenir être utilisé pour diagnostiquer d’autres maladies, contribuant ainsi à améliorer le diagnostic pour un large éventail de pathologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *