Extraits de la plante Artemisia annua : risques cardiaques graves

Extraits de la plante Artemisia annua : risques cardiaques graves

La revue PRESCRIRE (1er février 2021) nous informe via le forum ReMed

https://www.prescrire.org/fr/3/31/60637/0/NewsDetails.aspx 

La consommation d’extraits d’Artemisia annua L. expose à des troubles du rythme cardiaque parfois mortels.  La plante Artemisia annua L., alias armoise annuelle, est utilisée en médecine traditionnelle chinoise, notamment pour lutter contre la fièvre ou le paludisme.  Dans les années 1970, l’artémisinine contenue dans les extraits de la plante Artemisia annua L. a été identifiée pour son activité antipaludique. Des antipaludiques dérivés de l’artémisinine ont ensuite été synthétisés et commercialisés. L’artémisinine et ses dérivés synthétiques sont connus pour entraîner des troubles du rythme cardiaque et des morts subites.  Des produits fabriqués à partir de feuilles séchées d’Artemisia annua L. sont aussi vendus sous forme d’infusion ou de poudre comme traitements dits naturels de divers troubles digestifs, parasitaires, bactériens, inflammatoires ou contre la fièvre.  En septembre 2019, l’Agence de santé néozélandaise a alerté notamment sur des effets indésirables cardiaques de ces produits dits naturels contenant des extraits d’Artemisia annua L. Deux observations de troubles du rythme cardiaque, dont un arrêt cardiaque, ont été notifiées au centre de pharmacovigilance néozélandais.  En pratique, la consommation de produits contenant Artemisia annua L. expose à des troubles du rythme cardiaque graves, voire mortels. Mieux vaut éviter leur consommation.

 ©Prescrire 1er février 2021  • Texte complet :   « Extraits de la plante Artemisia annua : allongements de l’intervalle QT de l’électrocardiogramme » Rev Prescrire 2021 ; 41 (448) : 114-115. Réservé aux abonnés. 

Comments

  1. L’OMS recommande pour éviter le développement de résistance au traitement, dans le cadre de la prise en charge du paludisme, de ne pas utiliser seuls les dérivés d’Artemisia annua L. et de toujours les associer à un autre traitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.