Piste de l’IVERMECTINE dans le traitement du covid 19

Le forum E-Med publie cet article ce matin en s’intéressant à prise en charge du Paludisme et celle du coronavirus.

MedinCell a lancé un projet COVID-19 en capitalisant sur son expérience dans la formulation d’Ivermectine en injection à action prolongée
Validation in-vitro de l’impact de l’Ivermectine sur le Covid-19 par des chercheurs australiens

o Des chercheurs de l’Université Monash à Melbourne en Australie ont publié vendredi dernier une étude menée en laboratoire montrant que l’Ivermectine peut tuer le coronavirus en moins de 48 heures. Un traitement unique a permis de réduire d’environ 5000 fois le virus en 48h sur des cultures cellulaires.
o L’Ivermectine est considéré de longue date comme un médicament sûr et efficace pour traiter certaines maladies parasitaires.
o MedinCell, qui a publié des données montrant que l’Ivermectine peut être formulé avec sa technologie BEPO® sous forme d’injection à action prolongée pour des doses et des durées variables, mène déjà un programme visant à développer un produit injectable de 3 mois pour lutter contre le paludisme.
o MedinCell a lancé il y a quelques semaines un projet de recherche pour une formulation injectable à action prolongée d’Ivermectine estimant que la société pourrait avoir un rôle à jouer dans la gestion du Covid-19.
o De futures études cliniques devront confirmer l’action de l’Ivermectine sur le virus Covid-19 ainsi que l’efficacité potentielle d’un injectable à action prolongée sur la prévention et donc sur la rupture de la chaîne de transmission

Le Medicines Patent Pool (MPP) félicite MedinCell d’avoir obtenu une subvention d’Unitaid afin de mener des recherches et de développer des médicaments à action
prolongée révolutionnaires pour lutter contre le paludisme. Le
projet IMPACT vise à mettre au point une version injectable à libération prolongée de l’ivermectine,
un traitement plus facile à administrer et à observer. Une
telle avancée pourrait représenter un grand pas en avant dans
la lutte globale contre le paludisme, pour mettre fin à l’épidémie d’ici 2030.
Le MPP est fier de collaborer avec les trois projets de recherche sur des solutions à
libération prolongée, à savoir MedinCell, l’université de Liverpool et l’université de Washington, qui visent à intensifier la lutte contre le paludisme, le VIH, l’hépatite C et la
tuberculose. L’expertise et le modèle du MPP, spécialiste reconnu des questions
de propriété intellectuelle, interviendront au début du cycle de développement
afin de de résoudre le problème des obstacles à l’accès et de permettre aux
pays à revenus faible et intermédiaire d’obtenir les produits mis au point. Pour
cela, le MPP collaborera avec les différents acteurs afin de garantir un
meilleur accès à des traitements à action prolongée révolutionnaires et de
qualité garantie dans les pays qui en ont besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.