L’épidémie EBOLA n’est pas contrôlée, inquiétude nouvelle avec le virus Nipah …

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20141119111841/

 

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs…Article de la revue « JEUNE AFRIQUE »

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est potentiellement mortel.

Après les filovirus tels Ebola ou Marburg, voici venir le temps des henipavirus, tels le Nipah ou le Hendra? Ces derniers, selon une étude publiée mardi [18 novembre 2014] dans la revue scientifique Nature Communications, ont d’ores et déjà été transmis par des chauves-souris à l’homme en Afrique, alors même qu’ils n’avaient été observés pour l’instant qu’en Australie et en Asie.

Après avoir analysé les échantillons sanguins de 44 chauves-souris frugivores et de 487 personnes dans le sud du Cameroun, les chercheurs américains concluent que près de la moitié des chiroptères et environ 1 pour cent des personnes étudiées présentaient des anticorps contre les henipavirus, notamment le virus Nipah. L’étude est donc formelle: les résultats indiquent soit une infectionactuelle soit une infection passée…De récents foyers d’épidémie ont provoqué des syndromes respiratoires aigus et des encéphalites, une transmission de personne à personne et une mortalité de plus de 90 pour cent chez les personnes infectées.

Les chauves-souris comme réservoir

À l’origine de maladies virales émergentes et potentiellement mortelles qui provoquent chez l’homme fortes fièvres, maux de tête, somnolence, toux, douleurs abdominales, nausées, vomissements, voire sommeil comateux et insuffisance respiratoire, hypertension et encéphalites, ces virus partagent avec ceux de type Ebola le même réservoir naturel: les chauves-souris Pteropus.

Pour l’étude, les personnes avaient été divisées en 2 groupes, dont l’un avait eu des contacts avec des chauves-souris, et l’autre pas. Dans ce dernier groupe, personne n’a présenté un résultat positif, contrairement au premier où 3 à 4 pour cent des sujets étudiés avaient des anticorps, précise l’étude publiée.

La déforestation en cause

Bien que le virus Nipah soit inoffensif pour les chauves-souris, il a provoqué des infections graves chez plusieurs animaux domestiques, dont les porcs. Il a surtout été à l’origine de plusieurs casgraves et décès chez l’homme en Malaisie, à Singapour, au Bangladesh et en Inde. De récents foyers d’épidémie ont provoqué des syndromes respiratoires aigus et des encéphalites, une transmission de personne à personne et une mortalité de plus de 90 pour cent chez les personnes infectées.

Les personnes positives vivaient pratiquement toutes dans des régions ayant connu d’importantes déforestations et qui avaient rapporté avoir manipulé de la viande de chauve-souris, soulignent les chercheurs qui indiquent qu’à ce stade ils ne peuvent pas dire si les personnes infectées au Cameroun sont restées asymptomatiques ou si elles ont développé des maladies. « Nos résultats justifient une surveillance accrue pour déterminer la fréquence de ces transmissions en Afrique et la nécessité d’une collaboration internationale et d’une approche interdisciplinaire pour déterminer la virulence de ces henipavirus africains » concluent-ils.

Présentation de notre association en date du 21 décembre 2012 sur ce blog.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *