VIH: prise en charge thérapeutique par les anti rétroviraux plus pécoce

Sida : près de 10 millions de personnes de plus ont droit aux
antirétroviraux
Par La rédaction de RTL.fr , Avec AFP | Publié le 30/06/2013 à 06h57

Environ 9,3 millions de personnes de plus ont droit aux médicaments
antirétroviraux contre le virus du Sida, selon les nouvelles
recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon les nouvelles recommandations de l’OMS publiées ce dimanche 30 juin,
quelque 9,3 millions de personnes supplémentaires ont le droit d’avoir
accès aux médicaments antirétroviraux utilisés contre le VIH.

Alors qu’elles n’étaient que 16,7 millions, selon les recommandations de
2010, environ 26 millions de personnes vivant avec le VIH dans les pays à
revenu faible ou moyen remplissent les critères de nouvelles directives de
l’OMS pour recevoir un traitement antirétroviral (TAR)

L’application des nouvelles lignes directrices de l’OMS pourrait permettre
d’éviter jusqu’à trois millions de décès liés au sida et 3,5 millions de
nouvelles infections par le VIH entre 2013 et 2025.

Plus d’investissements

Pour parvenir à ces objectifs, l’investissement financier annuel total dans
la lutte contre le VIH devra considérablement augmenter.

« Les estimations de 2011 montraient qu’une réponse effective au VIH —
selon les recommandations de 2010 — dans les pays à revenu faible et moyen
coûterait entre 22 et 24 milliards de dollars (entre 16,7 et 18,2 milliards
d’euros) par an jusqu’en 2015 », a expliqué Gundo Weiler, coordinateur au
département du VIH/sida à l’OMS. « Il est maintenant estimé que ce chiffre
annuel devrait être augmenté d’environ 10% si les nouvelles recommandations
sont pleinement mises en œuvre », soit plus de 2 milliards de dollars par
an, a-t-il ajouté.

Intervenir plus tôt

Les nouvelles lignes directrices de l’OMS sont basées sur une approche de
santé publique visant à élargir davantage l’utilisation des antirétroviraux
pour le traitement et la prévention du VIH. Elles répondent aux nouvelles
données scientifiques et aux pratiques ayant vu le jour depuis 2010 et
recommandent notamment de traiter de manière plus précoce les malades afin
de freiner au plus vite le développement du virus dans le sang.

Désormais, l’OMS recommande de démarrer les antirétroviraux chez toute
personne vivant avec le VIH lorsque le nombre de lymphocytes CD4 est
inférieur ou égal à 500 cellules/mm3 de sang, contre 350 cellules/mm3
auparavant. Ce nouveau seuil permet de protéger un plus grand nombre de
personnes puisque le nombre de globules blancs dits lymphocytes est plus
élevé au début de la maladie.

Par ailleurs, l’organisation onusienne estime désormais que les femmes
enceintes ou allaitantes peuvent elles aussi être traitées. En outre, les
enfants de moins de 5 ans doivent, de leur côté, commencer un traitement
dès que possible, quel que soit le nombre de CD4 ou le stade clinique.

Objectif de 15 millions traitées d’ici 2015

En 2012, 9,7 millions de personnes bénéficiaient d’un traitement
antirétroviral dans les pays à revenu faible ou intermédiaire contre
300.000 en 2002.

La communauté internationale devra néanmoins redoubler d’efforts pour que
toutes les personnes ayant droit à un traitement puissent y accéder, sans
compter que certains malades ne savent même pas qu’ils sont infectés,
soulignent les experts.

Pour l’instant, l’OMS s’est fixé l’objectif mondial de 15 millions de
personnes bénéficiant d’un traitement d’ici à 2015. Selon les estimations
de l’OMS et de l’Onusida, 34 millions de personnes vivaient avec le VIH fin
2011 dans le monde.
_______________________________________________

Présentation de notre association sur ce blog à la date du 21 décembre dernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *