Collectif des Conseils Régionaux du NORD MALI

 

Déclaration de presse du collectif des conseils régionaux de Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal au nom des populations de nos régions.

 

Nous, élus locaux et nationaux des régions de Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal, rappelons et réaffirmons notre attachement à notre pays, le Mali, et à ses valeurs fondamentales que sont : l’intégrité territoriale, le caractère laïc de la République et le respect de la diversité des composantes de la Nation. Notre diversité a toujours été source de notre richesse commune.

A l’heure où l’existence même de notre République est en péril du fait de l’action de groupes terroristes, nous remercions le peuple français pour son soutien indéfectible et remercions le président de la République par intérim pour son appel à la France. Nous saluons l’action décisive de ses forces armées aux côtés de notre armée nationale pour la sauvegarde  de notre pays.

Nous saluons la mobilisation de nos frères de la CEDEAO et du Tchad pour leur soutien logistique et militaire dans le cadre de l’intervention en cours. Nous remercions les pays voisins du Mali, et en particulier le Niger, la Mauritanie, le Burkina Faso et l’Algérie pour l’accueil de nos frères et soeurs réfugiés.

Nous remercions également l’Union Européenne pour son appui tant à l’armée nationale qu’à la société civile malienne.

Nous remercions l’Union Africaine et les pays du champ pour leur soutien, et appelons de nos vœux à une meilleure coordination de la communauté internationale dans ses efforts de médiation. Nous appelons l’Union Africaine à venir en appui à l’action conjointe de la médiation de la CEDEAO et du gouvernement algérien pour permettre l’émergence de solutions civiles aux crises que traverse notre pays.

Il nous apparaît aujourd’hui essentiel qu’au delà la dimension militaire du conflit, les populations civiles et l’ensemble de leurs élus et représentants soient au cœur du processus  de  paix et de réconciliation qui doit s’enclencher immédiatement.

Les populations civiles, quelle qu’elles soient, doivent être au cœur d’un processus de négociation incluant réfugiés et déplacés. Il ne sera plus accepté que des groupes armés, quels que soient leur capacité de nuisance puissent négocier seuls avec l’Etat et décider de notre avenir.

Afin d’aller vers la réconciliation et de circonscrire l’ampleur du conflit, nous demandons instamment à tous nos fils égarés de déposer les armes. Pour ce faire, il est fondamental d’éviter les amalgames, les arrestations arbitraires les règlements de compte et la stigmatisation de communautés entières, dans le Nord du Pays comme à Bamako ou toute autre partie du territoire national.

Nous appelons en particulier les forces de défense et de sécurité, tant nationales qu’internationales, à faire preuve de vigilance et de prudence et à ne pas se laisser influencer par des délateurs à des fins de revanches individuelles ou collectives. Le comportement déviant de quelques uns ne doit pas jeter l’opprobre et la suspicion sur des groupes ethniques entiers. Quelque soient les griefs des uns ou des autres, il ne saurait être acceptable que des individus ou des groupes se rendent justice par eux-mêmes.

Nous appelons la communauté internationale, les Nations Unies et l’Union Européenne en particulier, à appuyer et assister le président de la République par intérim et le gouvernement afin de mettre en place au plus vite les organes de justice adéquats seuls à même de lutter contre l’impunité sous toutes ses formes. La justice doit prévaloir pour tous. Les actes de violences, notamment les pillages et les atteintes contre les biens et les personnes, doivent être réparés.

Il est essentiel de protéger les populations civiles et de ne pas semer aujourd’hui par des actions de répression aveugle contre elles les graines de conflits futurs. Notre responsabilité collective est engagée dans ce combat pour la préservation de notre vivre-ensemble. Nous demandons à toutes les organisations de la société civile, aux partis politiques et aux forces de défense nationales et internationales de nous accompagner dans cette action.

Nous tenons enfin à remercier tout particulièrement les populations des régions non-occupées pour leur aide et leur hospitalité en ces heures difficiles pour les populations déplacées, et leur demandons de s’investir avec nous dans un processus de réconciliation nationale.

Au travers de nos échanges à venir dans les différentes régions et auprès des réfugiés, il nous reviendra d’éclairer nos concitoyens sur les réalités vécues par les populations du Nord depuis l’indépendance afin de reconstruire notre pacte social et de traiter le mal à ses racines.

En tant qu’élus il nous apparaît aujourd’hui plus que jamais essentiel de poursuivre le processus de décentralisation, seul à même de responsabiliser les populations quant à leur avenir et de permettre aux populations locales de s’administrer, en conformité avec la loi et en accord avec leurs valeurs et leurs traditions.

C’est à ces conditions qu’il sera possible de reconstruire une paix durable pour notre pays.

Présentation de notre association à la date du 21 décembre sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.