Hypertension artérielle et diabète en forte augmentation…

Hypertension et diabète sont en forte hausse selon les dernières
statistiques de l’OMS
En Afrique, plus de 40% des adultes de nombreux pays seraient hypertendus,
la plupart ne seraient pas diagnostiqués.
http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2012/world_health_statistics_20120516/fr/index.html

Communiqué de presse

16 mai 2012 | Genève – Le rapport intitulé Statistiques sanitaires
mondiales 2012 publié aujourd’hui met en lumière le problème croissant des
maladies non transmissibles.

Selon ce rapport, un adulte sur trois dans le monde est atteint
d’hypertension artérielle – affection responsable de près de la moitié des
décès par accident vasculaire cérébral et cardiopathie. Un adulte sur dix
souffre de diabète.

«Ce rapport est une nouvelle preuve de l’augmentation spectaculaire des
affections qui déclenchent des cardiopathies et d’autres maladies
chroniques, en particulier dans les pays à revenu faible ou
intermédiaire,» a déclaré le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS.
«Dans certains pays africains, jusqu’à la moitié de la population adulte
souffre d’hypertension.»

La prévalence de l’hypertension et l’hyperglycémie estimée pour la
première fois.
Pour la première fois, le rapport annuel de statistiques sanitaires de
l’Organisation mondiale de la Santé comporte des informations en
provenance de 194 pays concernant le pourcentage d’hommes et de femmes
atteints d’hypertension et d’hyperglycémie.

Dans les pays à revenu élevé, la généralisation du diagnostic et du
traitement au moyen de médicaments peu coûteux, a permis de réduire
sensiblement la tension artérielle moyenne de la population – ce qui a
contribué à réduire la mortalité par maladie cardiaque. En Afrique,
toutefois, plus de 40% (et jusqu’à 50%) des adultes de nombreux pays
seraient hypertendus. La plupart de ces personnes ne sont pas
diagnostiquées, alors qu’un grand nombre pourraient être traitées au moyen
de médicaments peu coûteux, ce qui réduirait sensiblement le risque de
décès et d’incapacités dus aux cardiopathies et aux accidents vasculaires
cérébraux.

Pour la première fois figurent également dans les Statistiques sanitaires
mondiales 2012 des données sur les personnes atteintes d’hyperglycémie
(taux de sucre élevé dans le sang). Si la prévalence moyenne de cette
affection dans le monde se situe aux alentours de 10%, jusqu’à un tiers
des populations de certains pays des îles du Pacifique en souffrent. Non
traité, le diabète peut entraîner des maladies cardio-vasculaires, la
cécité ou une insuffisance rénale.

L’obésité est un autre grand problème
Dans toutes les régions du monde, l’obésité a doublé entre 1980 et 2008, a
déclaré le Dr Ties Boerma, Directeur du Département Statistiques
sanitaires et systèmes d’information à l’OMS. «Aujourd’hui, un
demi-milliard de personnes (12% de la population mondiale) sont
considérées comme obèses.»

Les taux d’obésité les plus élevés ont été relevés dans la Région OMS des
Amériques (26% de la population adulte et les plus faibles dans la Région
de l’Asie du Sud-Est (3%). Partout, les femmes sont plus exposées à
l’obésité que les hommes, et donc également plus exposées au risque de
diabète, de maladies cardio-vasculaires et de certains cancers.

Les maladies chroniques responsables des 2/3 de la mortalité mondiale
Les maladies non transmissibles sont actuellement responsables de près des
deux tiers de la mortalité mondiale. L’inquiétude suscitée au niveau
mondial par l’augmentation du nombre de décès dus aux affections
cardiaques et pulmonaires, au diabète et aux cancers a incité
l’Organisation des Nations Unies à organiser une réunion de haut niveau
sur les maladies transmissibles en septembre 2011 à New York.

L’Assemblée mondiale de la Santé qui doit se tenir à Genève du 21 au 26
mai 2012 passera en revue les progrès accomplis depuis cette réunion et
conviendra des prochaines étapes. Des travaux sont actuellement en cours
pour élaborer un cadre mondial de suivi et un ensemble de cibles
volontaires pour la lutte contre ces maladies.

Paraissant chaque année, la publication de l’OMS Statistiques sanitaires
mondiales est la plus complète au monde. Elle contient des données en
provenance de 194 pays pour une série d’indicateurs de mortalité, de
morbidité et concernant les systèmes de santé, y compris l’espérance de
vie, les maladies et les décès dus à une série de maladies, les services
de santé et les traitements, les investissements financiers dans la santé
ainsi que les facteurs de risque et les comportements qui affectent la
santé.

Principales tendances sanitaires mondiales
Parmi les principales tendances rapportées cette année figurent:

La mortalité maternelle : en 20 ans, le nombre de décès maternels est
tombé de plus de 545 000 en 1990 à moins de 290 000 en 2010 – soit une
baisse de 47 %. Un tiers de ces décès maternels surviennent dans deux pays
– l’Inde avec 20% du total mondial et le Nigéria avec 14%

L’évolution sur 10 ans des causes de mortalité de l’enfant : les données
concernant les années 2000 à 2010 montrent comment les progrès de la santé
publique ont aidé à sauver des vies d’enfants depuis dix ans. Le monde a
réalisé des progrès importants, le nombre de décès d’enfants étant passé
de près de 10 millions d’enfants de moins de cinq ans en 2000 à 7,6
millions de décès annuels en 2010. La baisse du nombre de décès dus aux
maladies diarrhéiques et à la rougeole a été particulièrement frappante.

L’enregistrement des décès: seuls 34 pays (représentant 15% de la
population mondiale) produisent des données de qualité relatives à la
cause de décès. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, moins de
10% des décès sont enregistrés.

Liens connexes
Statistiques sanitaires mondiales 2012
http://www.who.int/gho/publications/world_health_statistics/2012/fr/index.html

Diabète
Thème de santé
Obésité
Thème de santé
Maladies non transmissibles
Programme de l’OMS
.

Pour plus d’information, veuillez prendre contact avec:
Fadéla Chaib
Chargée de communication et porte-parole de l’OMS
Téléphone: +41 22 791 32 28
Portable: +41 79 475 55 56
Courriel: chaibf@who.int

Pour notre part nous sommes frappés par la difficulté que nous rencontrons lors de nos missions à convaincre  patients… et soignants locaux de la nécessité du suivi des hypertendus et des diabétiques; affirmer d’abord le diagnostic, convaincre de l’obligation de suivre un régime approprié (régime sans sel et régime hypocalorique pauvre en glucides rapides) et suivre au long cours sans interruption les médicaments prescrits. Les ruptures de stocks de médicaments sont un autre souci…

Présentation de notre association en date du 23 décembre sur ce blog.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *