OMS : la lutte antitabac en 2010

Rapport OMS sur l’épidémie mondiale de tabagisme 2011 – Mise en garde sur les dangers du tabac

 

Il s’agit de la 3ème édition d’une série de rapports établis par l’OMS sur l’état d’avancement de la politique mondiale de lutte antitabac.

Toutes les données relatives au niveau d’application dans les pays des six mesures MPOWER ont été actualisées en 2010. D’autres données supplémentaires ont été recueillies concernant la mise en garde du grand public au sujet des dangers du tabac.

Le rapport de cette année examine dans le détail les deux principales stratégies concernant les mises en garde sanitaires – les étiquettes apposées sur l’emballage des produits du tabac et les campagnes antitabac dans les médias.

Il donne un aperçu très complet des connaissances sur lesquelles fonder les mises en garde sur les dangers de la consommation de tabac, ainsi que des informations spécifiques aux pays concernant l’état de ces mesures.

Afin de continuer à améliorer l’analyse des données, des catégories d’application des politiques ont été affinées et, chaque fois que possible, alignées sur l’évolution des directives adoptées dans le cadre de la Convention-cadre de l’OMS. Les données issues du Rapport 2009 ont été à nouveau analysées afin d’entrer dans ces nouvelles catégories, ce qui permet des comparaisons plus directes entre les deux rapports.

Présentation de notre association à la date du 28  février dernier sur ce blog

 

Comments

  1. Santé – Le tabac ne détruit pas seulement la santé, il appauvrit surtout son utilisateur.Une situation qui explique les campagnes d’information qui visent à lutter efficacement contre ce fléau. C’est le constat qu’a fait l’Ong Mouvement anti-tabac du Sénégal qui présentait, hier, le rapport ‘Tabac et pauvreté’. Le Sénégal traîne les pieds dans la lutte contre le tabagisme. Le pays ne dispose même pas de statistiques fiables sur la question. Une situation qui contraste avec des progrès significatifs qui sont réalisés dans les pays développés pour la réduction de la consommation de tabac.

    En effet, de nombreux pays ont fini par comprendre que l’utilisation du tabac affaiblissait leur économie. Pour prévenir les effets néfastes de cet appauvrissement dû à l’usage chronique du tabac, ils mettent un accent particulier sur les stratégies de lutte.

    Au Sénégal, une étude menée courant 2010, dans la région de Dakar, a démontré que les accros au tabac s’appauvrissaient de façon inéluctable. Des fumeurs sondés ont, ainsi, avoué avoir englouti leurs économies dans la consommation du tabac. Le rapport soutient aussi que les fumeurs dépensent 15 à 30 mille francs par mois pour leurs besoins en cigarettes.

    Le Mouvement anti-tabac observe ainsi que ‘cet argent dépensé pour l’achat de cigarettes peut servir aux besoins alimentaires ou encore pour des consultations médicales d’autant plus que Sénégal compte moins de salariés’.

    Dans ce rapport, les enquêteurs ont également constaté que la majorité des fumeurs veulent arrêter, mais ils n’ont pas accès à une assistance de qualité. D’où la nécessité de renforcer la capacité des experts en sevrage contre le tabagisme pour aider à leur implication.

    Le chargé de communication de l’Ong Mouvement anti-tabac du Sénégal, Djbril Wellé, s’est, à l’occasion de la présentation du rapport, plaint de ne pas disposer de statistiques sur l’usage du tabac chez les femmes.

    Djibril Wellé a ainsi lancé un appel pressant à l’Etat pour lui demander de réaliser des études fiables sur l’usage du tabac chez les femmes d’autant plus que les chiffres avancés sur la mortalité due au tabac font peur.

    Paule Kadja Traore

    Wal Fadjri/14/07/2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *