Eliminer le travail des enfants au MALI

 

Le site Afrique en ligne nous fait part de ce communiqué officiel du Gouvernement malien visant à éliminer le travail des enfants.

http://www.afriquejet.com/afrique-de-l%27ouest/mali/mali:-un-plan-national-pour-l%27elimination-du-travail-des-enfants-2011061014728.html

Le gouvernement malien a approuvé  le Plan national pour l’élimination du travail des enfants (PANETEM) 2011-2020

. Selon le communiqué, ce plan s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de promotion et de protection de l’enfance du gouvernement malien. Il vise à éliminer les pires formes de travail des enfants, telles que l’esclavage, le recrutement forcé dans un conflit armé ou à des fins de prostitution et de trafics illicites. Il vise également à abolir les formes de travail non autorisées, comme les travaux qui, par leur nature, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l’enfant.

Il s’étend sur une période de dix ans, répartis en deux phases de cinq ans.

La première phase (2011-2015) est centrée sur l’élimination des pires formes du travail des enfants et concerne 60 pour cent des enfants cibles.

La deuxième phase (2016-2020) vise l’abolition de toutes les formes de travail des enfants non autorisées qui concerne 40 pc des enfants cibles.

Le travail des enfants se définit dans ce plan comme l’ensemble des activités susceptibles de nuire à la santé et au développement physique, mental, moral ou social des enfants et de compromettre leur évolution en les privant de toute éducation, en les contraignant à abandonner prématurément l’école ou en les obligeant à cumuler les activités scolaire et professionnelle.

Les activités familiales et les activités légères exercées en dehors des heures scolaires ne sont pas incluses dans le travail des enfants.

Le phénomène du travail des enfants reste répandu et toujours préoccupant au Mali où, deux enfants sur trois âgés de 5 à 17 ans restent économiquement actifs et où parmi les enfants de 5 à 14 ans, 40 % effectuent un travail dangereux.

La mise en œuvre du plan assurera une meilleure protection des enfants, une amélioration de la fréquentation scolaire et de la formation professionnelle et contribuera à la réduction de la pauvreté, assure le gouvernement malien.

Présentation de notre association ANIMA à la date du 28 février sur ce blog.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *