Travaux sur la résistance du Paludisme aux traitements

Le réseau ReMed nous a communiqué voici quelque temps les conclusions de ces travaux français.

Paludisme, la lutte contre les résistances se poursuit
http://www.mediscoop.net/index.php

Des chercheurs du CNRS, de l’Inserm et du CHU de Toulouse ont découvert
comment Plasmodium falciparum, responsable du paludisme, résiste à l’artémisinine
et ses dérivés. A l’heure où la résistance du parasite aux traitements
devient de plus en plus préoccupante, cette étude apporte des données
nouvelles pour tester de nouvelles stratégies thérapeutiques. Ces travaux
sont publiés dans la revue Antimicrobial Agents and Chemotherapy.

Plasmodium falciparum est le parasite le plus pathogène pour le paludisme.
Il représente 80% des cas de paludisme humain et est présent dans les zones
tropicales d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Depuis une dizaine d’années,
l’artémisinine (ART) est devenue un traitement de référence pour son large
spectre et son efficacité sur certaines souches devenues résistantes aux
traitements plus anciens. L’OMS recommande donc de l’associer à d’autres
agents antipaludiques pour lutter efficacement contre le paludisme.
Cependant, en juillet 2009, les premiers cas de résistance à l’artésunate,
le dérivé de l’ART le plus utilisé, ont été observés chez des patients en
Asie du Sud-Est. A ce titre, des chercheurs français ont cherché à découvrir
les mécanismes de résistance pour pouvoir les contourner.
Ils ont réussi à isoler une souche résistante et ont montré qu’elle peut
survivre en présence d’ART à une dose 7 000 fois plus élevée que la dose
moyenne efficace sur les souches sensibles. En fait, pour déjouer l’action
de l’ART, Plasmodium falciparum passe à l’état latent pendant la durée d’élimination
du médicament. Cette capacité serait liée à des mutations sur des gênes
codants pour des protéines impliquées dans le fonctionnement et la
réplication du parasite.

Marie Lestelle (Paris)

Référence:
Witkowski B, Lelièvre J, López Barragán MJ, Laurent V, Su XZ, Berry A,
Benoit-Vical F
Increased tolerance to artemisinin in Plasmodium falciparum is mediated by a
quiescence mechanism

 

Notre association ANIMA vous est présentée en date du 31 mai sur ce blog

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *